Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/08/2009

Rencontre de Neirie en voyage n°2 : Alexandra Frey & Eleanor Megraw, Hampi, Mars 2009

P1060573 [800x600].JPGI will keep on posting my notes, but for the time being, here the first interview of people I have met during my travelling. You will read other interview of Indian People as well, other travelers ,in order to have not only "my" view of India... Hope you will enjoy it.

It will be followed in each country by some of my friends... Enjoy :). I met Elly and Alex in Hampi. If you want to read the stories, you can click HERE or HERE.

Who are you ?

A : 27, Alexandra, Swiss/Student

E : I'm Ellie, I'm 27 and of no real fix abode at the moment. Up until March this year I was working as a Headhunter in

Alex, why did you decide to go to India ?


It was an inner voice that told me to go to india. I knew that I had to go there. There was no way to escape! My life was pretty messed up and I knew I needed some time for myself in order to calm down, get away from my friends, family and all the values and norms of western society. That sounds pretty hippish, but.... It wasn't. I am still not a hippie, haha

Elly, why did you decide to start a round world trip & why did you put India in your travel ?


I was really hating my job and couldn't figure out how to make myself happy. Eliza, a very good friend, had just come back from an ashram and she thought it would be perfect for me to go take some time out and try and understand what it is I am looking from life!! Then it all kind of steamrolled from there and the trip became an around the world one!!

We met all together in Hampi, where were you before, and after ? What is/are your best souvenir(s) in India and why ?

A : Before we met in Hampi I was doing volunteer work in an Ashram in Bangalore for two months for some NGO. Stupid PR work ;-) favourite souvenir is a bracelet I brought home. I also brought my best friends one and they are all wearing it till today. God knows why ;-)

E : Alex andI had just left the ashram in Bangalore and were actually on our way to Goa and we decided to put Hampi in there as it was on the way and a lot of people recommended it to me!! So we spent 10 days or so in Goa and then I headed off to Bangkok to start the next bit of my trip!

What is/are your worst/hardest souvenirs ?
What is/are your best souvenir(s) in India and why ?

A : Hardest souvenir? Well, it's pretty hard, or it takes a lot of time to read all the thousand books I brought home. But I wouldn't consider that hard!

E : I've put these two questions together because I don't really have that much that I liked about India!! I met some amazing people but all of them from Western Countries and that is about it for the best things. It may have been that I wasn't in the right frame of mind for India but I thought it was dirty, sinister and the people were so arrogant.

If you have to define India for you, what would you say ?

A : Well, someone told me once that all the people who visit India get a present. Get something very special from that country. And yes, I got the biggest gift of my life from India! It made me realize what I HAVE to become! And it changed my life forever!

E : I think the above covers that!!

Elly, since then you have travelled a lot, where are you now, and what is your regard on India after the other countries you have visited ?

After India it made every country I visited 10 times better than it maybe should have been!! Since India, I have been to Thailand, Cambodia, Vietnam, China and I have been in Bali for the last 2 months nearly!!  But in all these countries I found so many nice people and even when they were trying to rip you off they did it with a smile on their faces!!!

Alex, you are very keen on women/men relashionship because of your new orientation (can you told us a little bit more about this ?), concerning India, what would be your feelings about men and women in India ?

Well, in India, although I already knew I was going to be a sex therapist since I was 22, I decided to follow that inner urge. And it had turned out to be the most important thing in my life. I talked to one guy about sex in India. Sex with his wife. And I found out that the sex lives of pretty much all the couples in India suck! They are not open enough. Communication on sex issues doesn't exist and most men enjoy themselves in brothels. And this behaviour is socially accepted.

To conclude, what would be your recommandations for the people who would like/want to go to India ?

A : Expectations reduce joy ;-)

E : If i was to do it again I would definitely go with a man. I know that sounds strange coming from 'Miss Independent' but it is a mans world there. It would just make things a whole lot easier! I think no matter what country you are visiting you should always be open to it. I have learned that now, maybe if I was to go again it might be a different experience!


Some other more words ?
A : I still cant belive how fortunate I am that I could go to India and my god....... Experience all these hard, beautiful, whatever things this country gave to me ☺

E: I think it goes without saying and Laurence think you will agree with me, but I think everyone should go traveling and maybe at a later stage in their lives as well, it make you stronger person and more open to new situations!

 

Thank you very much Girls ! Elly, of course I agree with you that every one should one in one's life try to travel alone and discover the world.. I think that was probably one of the best decisions I have ever taken in my life !

31/07/2009

Vendredi 3 Avril - 18ème jour - De Hampi à Kochi en passant par Bangalore

P1070039 [800x600].JPGTo read the previous note to remember where you have ended, click HERE. (Native English speakers sorry for the grammatical and vocabulary mistakes.... Feel free to correct me with the commentaries).

I left Antoine and Linda after the breakfast, direction to the airport. I only took a small bag. It's so great not having to carry everything... But as I had already checked in, starting to cross the X control, I needed to go back checking again as I had the little laguiole offered by Lita with me. It was out of the questions that they kept it from me.

Trying to find a little something to Monolita who would welcome me for this evening, I finally took some After Eight Chocolates (sort of luxury in India, the chocolates) at the airport. I met her through Couchsurfing, as I wanted to meet some locals. She is an architect, and her husband as well. The have a little cute girl. Very dynamic woman, very active in several organization, she is one of the local ambassadors for Couchsurfing in Kochi. The evening I arrived, she organized by chance a couchsurfer's dinner, which was a great occasion to meet a lot of Indians.

She sent me all the indications to come from the airport. I arrived around lunch time. My first impression was : whatta fuckin' heat !!! ;) . SoP1070042 [800x600].JPG hot, too hot. My first desire was to escape immediately from Kochi to go up to the mountains. I was supposed to stay two nights in Kochi then go up to Munnar. I decided as I arrived to go directly the next morning  in Munnar as it was really unbearable down here.

Monolita - as Anouck and Karan did when I arrived in Delhi - talked directly to the taxi driver. I arrived approximately 40 minutes later at a cross section, where Monolita's husband came to pick me up with his acclimatized car !!! (of course the Taxi dit not have acclimatization).

Before he arrived, I - don't know why - decided to give a quick call to Betanum (don't laugh about his pseudo !). So great to hear from Home DP... Far away from Home, I realize how lucky I am to work with those people. Home DP is more than a company, it is a sort of little family which has structured me a lot those last years. Amazing hearing Betanum talking from work... Good though. He his probably one of the person I have spent most of my time those last (almost) 5 years, so that was good !

We drove up to their offices first to take Monolita then went to their House. For the night I will share my room with Pia who was a Couchsurfing's friend of Monolita and who was in Kochi. She is originally from Mumbaï. After a quick lunch, Monolita told me to come back to their office (10  minutes walkin from the house) around 3 pm in order to go to Fort Kochi where  she had a work meeting. Meanwhile, I would meet Pia.

I was able to have a quick nap, and changed my clothes to wear more suitable ones !  Walking 10 minutes to their offices make me feel as IP1070050 [800x600].JPGhad walked for perhaps 30 minutes as it was so warm. They dropped me down close to meeting point and I took a rickshaw to join Pia. It was an old man who was driving. I was quite surprised that he purposed directly a very reasonable price and not a foreigner's price. Honest or lazy to have a negociation. Don't know..  I love the liberty's sensation on rickshaw... Hope to find some motorized cyclo as well in Saïgon, but not sure that there are still have some according to what I have been told. (Note from 30rd July 09 : no cyclos anymore in Saigon but only motorbikes taxi)

Pia is a cool young woman who is representative of the new women's generations in India. Originally she have studied law, but then decided to create her own firm. A travel agency for women who wants to travel alone ! Which is quite revolutionary in India. She was there with her client, Myra, who is a great woman too. She works for a personnal fund, not married (quite rare in India when you are around 31), and this was a last day of those marvelous vacations she has decided to offer herself through Priya's services.

We were on the terrace appreciating the sunset, talking about Indian cultures, and the economic crisis. I told Myra hat I didn't feel that India was messed up that much by the crisis. She told me that there were some industries touched : jewelries, leather and of course all the international companies. Then it was time to go to the appointment in Ernakulam.

P1070106 [800x600].JPG

Pia and Myra asked a rickshaw, and he gaves her the good price. Then just to show me something, they asked him why he didn't apply the same prices for tourists and herself. He answers because foreigners have money, and quite vehement saying that if they don't want to pay, they can go back in their countries. Pria and Myra were quite sad of this mentality, and wanted that to change, trying to explain to the rickshaw that elsewhere in the world there was only one price and that tourism for India was important for the economy.. Whatever. I asked her why they spoke in English to him. They explained thad they didn't speak the same language ! Hindi is official, but mostly spoken in the north. In the south you have many dialects, so how amazing it can be, but Indian are speaking in English in between them, what can be quite strange sometimes as Indians are not all speaking good English !!!

 

P1070123 [800x600].JPG

We needed to take either ferry or bus to go to Ernakulam. I preferred the Ferry, we had time and it was less expensive. We wait a little bit before boarding, giving opportunities to the mosquitoes to have a great dinner ...  ;) . Landing to Ernakulam, that was really funny because we had to walf for approximately 10 minutes on the "Sound" Street (I don't exactly remember the name though), where there were mostly only men sitting together, few couples, and a sort of ambiant music all along (but oldies music quite unbearable in fact ;)). Arrived in the restaurant, Monolita was not yet arrived. As we sat, some others Indian Couchsurfers joined us. At the end we were around 10 people. This is where I met Priya who is a great so open minded and interested woman, you can read her blog there :) or there (for the recipees) ! They are now following the Tour de France with her husband who is so fun :)

 

P1070134 [800x600].JPG

I discovered during this dinner the fabulous Dosa, South India Specialties.. and I still have the taste with me... :) The dinner ended we all came back home to a good sleep.. The day after I would woke up early to take the bus for Munnar....

 

P1070136 [800x600].JPG

31/05/2009

Jeudi 2 Avril - 17ème jour - Hampi

P1060650.JPG(If you want the first note, click HERE - I write in english for Alex and Elly // please native english speakers correct the grammar/Syntax/Vocabularies in the comments if you read that).

I woke up very early this morning around 7 am, because I knew that visiting Hampi after noon would be very hard, according to the high temperatures. And I wanted to have a chance to catch Alex and Elly at their hostels as well. I am now in Tokyo, writing this note, we are May 25th, 1.30 am, and I still remember this morning as if it was yesterday. Plenitude, well-being, the silence…

As I love Paris by night between 3 and 5 am, during the week, when the city is suddenly out of activity, I loved this wonderful morning seing the ricefield in front of me, appreciating the fresh morning air, and no one already awoken. I would love to be in Hampi again precisely at this time now. India… Seeing India from Tokyo is amazing, and I hardly can believe I was there less than two months ago… I miss India in fact. This country. Once you know it, you can not forget it. Either you like, either you don’t like it, but going to India make your regard on life change for sure.

So after a cold shower (even if it was very early, was already hot), I moved on to the boat, directly to Elly & Alex’s hostel. Was there approximately around 8.30 am, but the man told me they were already gone (in fact they were not but I will know it later). So I tried P1060673.JPGto find somewhere in order to recharge my sim card, but of course there was nothing in the only main street of Hampi. After having turning around for a while and impossible to call Alex neither Elly, I decided that I will go visit on my own until their calls. By chance a riskshaw is approaching me and asking me if I want to visit. My first reaction is to say no (I thought I could do it by walk, in fact that would have been a mistake according to the temperatures), then he tells me :

“- You’r the girl from yesterday …

- Mmm ?

- I drove you up from Hospet Station. Three girls, you were with me on the front…”

P1060767.JPGLooking at him closely I do recognize him, so amazing. As he has recognized me, I decided to go with him . Good Choice, he was very nice, quite honest though. His name is Raju, he was the same age like us (approximately) has already children. If you’re going to Hospet you can call him on : 09 48 016 7337 (his father). Tell him you had his phone number from a french/asian girl and you can take him for all day and driving you from Hospet to Hampi and the return as well. He is honest, even if you will have to negotiate of course a little bit according to the local prices, but honest.

As I has the temple’s map (you can by the little guide they sell for 15 ruppies or 10 I don’t remember, it is very useful for the map), we following the map. Hampi is full of incredible old temples. I loved that. I can not describe every temples I saw, especially now that it is already quite far, but the elephant stable temple was a great souvenir and the Vitthala Temple. Those millions of details of architecture, ornements. A real pleasure. Around 10 am it was already very very hot, so the private rickshaw was really a great idea.

Now in my souvenirs remains a sort of anachronical impression... Climate, environment, all those temples. Time stops in Hampi, and this is probably why I fall in love with this marvelous place. I loved taking my time in each place to see the numerous details, taking them thinking of Lita, or my other friends… For example, any times I saw an elephant made me think of Nicaw. Well… Hampi is magic.

 

P1060735.JPG
P1060809.JPG
P1060849.JPG

 

Around 11.30 am, suddenly a short instant message from Alex, telling me they were at the mango tree having breakfast. So I decided to make a pause in my trip, asked Raju to go up there, where we could stop for an hour then we will finish the trip. I think he was quite happy in fact to have this “break” time. Meeting was at 1.30 pm. I found Alex and Elly again. So nice to see them. They did some meditations on the morning in fact, but were still in bed when I came to the hostel. Alex felt better this day, but not completely. We agreed to go all three to visit the end of the temple and then go all three again back to Hospet. I remembered part of one of our discussion talking about destinies. Of course in India one could say this is because of India’s environment make you start thinking like that. But I don’t think so. I had always believed in some unexplained force somewhere... As Alex said, it can not be totally a chance if we met up. My entirely life is made of meetings and probably my life would not be the same if I had not meet up some persons at one’s time being.

 

P1060745.JPG

 

Elly met Minh in Vietnam few days ago, because I put them in contact. How fun is life isn’t ? I might see Elly again in Vietnam, and I met Margot who is Alex’s friend when I was in Beijing…. Life is a sum of lot or circles… But Alex would probably talk better than me about Karmas.

I have a lucky Karma, and I keep on thinking it every days now. And I can’t understand why all those good things happens to me, but they are, so I must recognize that somewhere there is a lucky star beyond my head, and I am so grateful to the heaven for this (even if I have no religion). Dark and bright. I knew both. But remembering this movie A Star is born,(1954) when the grandmother tells the young actress that as she has a life more excited than most lives, she must accept that she will perhaps have more suffers than most of people. I dont' say at all that I have suffered, but I just say that you rarely have only the bright side.

 

P1060924.JPG

 

After a good lunch/breakfast again we were on the road all three to end the temple trip. We accorded ourselves to say that we were lazy, and seeing some people walking under the sun made us suffering for them. Finishing visiting the surrounding temples (in fact to visit all the area you would need at least 2 more days), we decided – lazy girls – to go back to our favorite place to have a last drink before going back to Hospet.

This is real vacations... loosing time. This is probably one of my beloved occupation once finishing to visit the “touristic” things, is to watch the activity of my environment. It is very relaxing to see the people in their daily life while you are doing nothing. Very often when I am in Paris, I envy the tourists or students who can just spend some entire afternoons at the terrace of the cafés. Having time to read a book, or just taking a nap. Luxury.

 

P1060953.JPG
P1060965.JPG

 

So we stayed approximately one hour and a half before Raju came back to pick us up and drive us to Hospet. The Bus Station for the girls who were going to Goa after, and the train station for me to come back to Bungalore before going to Kochi. The weather of the end of the day was perfect and on our rickshaw a great liberty sensation... The luminosity was awesome. And now I am very far from those disorganised streets in Tokyo. Funny.

 

P1070017 [800x600].JPG

 

Arriving in Hospet, I left the girls, hoping to meet Elly in Vietnam perhaps, or Alex in Phily, anyway, we will see one another one day... Then I tried to find a shop to fulfill my phone card... and the big surprise is that when – for example – you buy a phone card in Delhi, you can not fulfill it in the South ! You have to buy another sim card, another number... So I called Baldir, to ask him to fulfill my phone card again, promising that Ludal or Patrice will give hime back the money. (200 ruppies). He’s so nice, that he is doing that for me. So helpfull. It is amazing.

 

P1070020 [800x600].JPG

 

Raju left me at the train station and I paid him the day (girls in fact we were right he asked for a little bit more as we were 3, but do not worry it was ok, with the money you gave me), and promised to send him my “old” phone when I will not need it again, because he wasn't able to buy one. I am one hour in advance so I just sat somewhere, finishing my books, until there was an electricity cutdown that made me go inside the train station again. I met there a couple from Holland who were doing a 4 month trip as well in India.

 

P1070035 [800x600].JPG

 

Since I have beginning my trip I meet a lot of travelers (specially in India) who are making a tour, so at the end, it seems quite “normal” to travel for a such long time between us.

Familiar to the train, after my first trip, I got up in my car. I had a bed close to the windows this time. Very soon I fall asleep and woke up only arriving in Bungalore around 6 am in the morning. Just having time to go back with a rickshaw (this time I have the plan) to Antoine et Linda’s appartment, taking breakfast with them before leaving at 8 am to the airport to take my plane to Kochi. Tonio has organised my taxi, so everything was great ! The short breakfast with them was really nice. I left some more luggages only took the necessary to go to my other trip : Kochi and Munnar....

21:24 Publié dans Carnet de Bord, Inde | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hampi

09/05/2009

Mercredi 1 Avril -16ème jour - Hampi

P1060439 [800x600].JPGI am going to write this note and some of the next ones in English (at least try to) as I am going to talk about Alex and Ellie, both of them speaking english, even if Alex can understand French. Be indulgent with my written english. (I would appreciate the English or American natives to correct within the commentaries the grammar or vocabulary mistakes).

Waking up in the train few minutes before arriving at Hospet Station. My first reflex is to go again in direction of the train’s doors to enjoy the fresh air and the landscape without any windows. It is so different from the north. There are some palm trees, the climate is hot and dry already. It is very pleasant to be able to see the horizon in the countryside without to many buildings.

The Hospet’s train station is very small. As we were going out of course some rickshaw were approaching us. I was going straight, and P1060443 [800x600].JPGwas wondering which rickshaw I was going to take, when a girl (Alex), asked me whether I was going to Hampi. This time I was quite organized (which is not usual during that trip for the details), I had noted all the indications that Shanti’s guest house were providing and know that a rickshaw to Hampi mustn’t cost more thant 100 rupees, then take after a little boat to cross the river which cost 10 rupees.

“ – Do you speak French ?”, I asked Alex in order to talk about the prices without the Rickshaw understanding.

“ – Oui, je peux comprendre un peu.

- Cool, je vais à Hampi au Shanti Guest House et vous ?

- Nous aussi !

- j’ai lu que ça ne devait pas coûter plus de 100 roupies, si vous voulez on y va à 3 »

After having negotiated with the Rickshaw for 90 rupees, and we all three going up on it ! As Ellie and Alex have huge luggage, I am going in front of the rickshaw close to the driver, hanging up to the richshaw, this is funny. It takes approximately a 40 minutes to reach Hampi, and the road is wonderful, I feel like being in vacations, which is quite funny as I am in fact in vacations. But you know, the palm trees, the great weather, the atmosphere, being far from cities.

P1060450 [800x600].JPGDiscussing with Alex and Elly. Alex is from Switzerland, it has been almost two months that P1060475 [800x600].JPGshe was in India, studying/working at .... (Alex I have forgotten the name where you were ?). She met Elly through, if my memory is good, her ex flatmate, or something like that. (Please correct me girls if this is wrong ;)). She will leave soon back home after her trip in Hampi and Goa. Elly is Irish and doing also a one-year round world trip, and traveling alone as well !

Hampi Village is only almost a main street, what they call Hampi Bazar. Compared to Delhi, this bazaar is for me a peaceful village ! Our rickshaw left us and we had to walk a little bit on the right (5 minutes) before arriving at the Shanti Guest House. I am quite surprise. It doesn’t look like the description, as I was supposed to take a boat. Elly asked the receptionist for the booking. He found their rooms but not mine. We have the explanation. I am at the other Shanti Guest House, across the river.

So we decide to meet for lunch later, they will call me when ready. I am going on my way to the river (5 more minutes walking). Easy to find, the “boat” is a little one, and there are some backpackers down here already. Hampi is very touristic as Stéphanie from Agra told me, but it doesn’t matter, because Hampi is such as a little paradise (as she told me also). It is not already 10 am, and it is already very very hot. It takes only 1 minute to cross the “river”, and then we have to go up a little bit. Once being upstairs, I have to turn right and walk approximately 10 minutes to reach my place. Naturally some Indians try to make me check in into their guesthouses. But it’s ok, I think that after Delhi, everything seems quiet and peace.

 

P1060495 [800x600].JPG
P1060498 [800x600].JPG

 

I am appreciating this far from everything’s place. My guesthouse is a sort of tiny paradise. I have my own bungalow in front of the paddy fields, with a hammockk. He did not find me as well, but gave me this room. It’s expensive for India (800 ruppies), but it is the good price. My room is really clean, the bathroom as well. There is mosquito net, and … the place is so quiet. I will come back for sure in this place but with books, and for one month if I can. It is the perfect place for a retreat and being on your own. But come when it’s not the touristic season (so April) even if it is the hottest. In fact, in Hampi you see lot of sort of original people who seem to don’t belong to our century anymore. In my guesthouse, there were one guy who was in Hampi for months… If you stay there for such a period, coming back to reality must be quite a strange exercise, I think. I don’t know Goa or all the other wonderful places of course, but I loved the Hampi’s atmosphere.

 

P1060506 [800x600].JPG

 

Arriving in my bungalow, I try to reach the girls but our mobiles don’t work well (which in a way contribute to the fact you feel out of P1060567 [800x600].JPGnowhere). SMS sent, I only have to wait now on my hamac (how hard it is ;) ) that they’re calling meP1060573 [800x600].JPG back, after having taken a good cold shower !!! Around 10/11 am I think, Alex sent me an sms to tell me they were at the Mango Tree Restaurant for the brunch/lunch. The only good restaurant of Hampi, where you can eat or stay all the afternoon just having coffee/tea, and enjoying the place… Of course it is a sort of westerns’ meeting point as it is in all guides, but it’s not a problem. The place is really relaxing.

I took my boat again to cross the river because to the restaurant is on the other side and while waiting I am discussing with a very nice Indian from Cashmere who is working in tourism. He has just finished the touristic season in Hampi, will go back for couple of month in his native region, before coming back to Hampi. He told me that now everything was closed or almost in Hampi and warned me to be aware of snakes while walking.

I found Alex and Elly already eating their meals (Alex loved what she took but I don’t remember the name of it). I ordered as well something quite good (but forgot the name of my dishes also). Lying on the floor, we discussing about lot of things : the reason of Elly’s travel, Alex’s future reconversion as a sex therapist, what they have done before.. I really like this side of my trip, meeting lot of international people, it is as interesting as living with the locals or the expatriates.

The big surprise of this brunch was the NUTELLA’s crêpe ! I didn’t believe it when reading on the menu… but it was a real, so f… good nutella’s French crêpe. So amazing to find this sort of food in the middle of nowhere in India. So good too !

 

P1060578 [800x600].JPG

 

But Alex suddenly didn’t feel well. She was becoming red in some part of her body, and a real pain. At the beginning we thought it was nothing only a sort of insect’s bite. In fact it was a caterpillar’s bite that Elly found on her clothes (that’s it, girls ?). And the people told her she had the symptoms: fever, cold, not cold. She went rapidly back to her room. Elly and I were finishing our meals, then went back on our way as well. We had decided to have an afternoon free, just enjoying the place without visiting. We stopped in a little shop, where I was able to buy some local sarwal (in a light tissue) because mine from Delhi were really too hot down here. For 500 ruppies, 2 sarwals, 3 little tops. Quite a good deal.

 

P1060580 [800x600].JPG

 

As we splat, we decided to meet again for dinner, or the day after. Told Elly that I would try to come to pick them around 9, otherwise would be too hot after to visit. Back in my little paradise, I was so happy to enjoy my afternoon with books on the hammoc It was though so hot, that I was every ten/fifteen minutes under my cold shower. But it was a perfect afternoon. I loved Hampi. Probably one of my best souvenir, even if it is quite hard to compare it to the cities given that it is not the same thing.

 

P1060596 [800x600].JPG
IMG00199-20090401-0709 [800x600].jpg

At the end of the day, I tried to send an sms with my Indian mobile, but I didn’t have any more credits, and my French mobile for an unknow reason didn’t work neither. Suddenly I received an sms from Alex telling me if I wanted to join them at another restaurant. But I couldn’t not call her back. Moreover there was no boat anymore for me to cross the river. I would see them tomorrow.

 

P1060648 [800x600].JPG

 

Close to my bungalow there was an English couple. They decided to come here, because their daughter had made a round world trip before and suggested them to come to this place. I stayed quite long on my hammoc until the night came. Sometimes there were electricity cuts, so I was lighted with candles. The silent was amazing. And being able to see all the wonderful stars, listening to the night’s noises was so…. Undescriptible well-being. Just the night, the silent, the soft wind, the insects and lot of unidentified animals, my candle, my pens, scratch book and books (this night I was finishing the Traité sur l’immensité du monde from Sylvain Tesson & Aden Paradis from Paul Nizan). Paradise and Serenity. I wish time could stop in Hampi.

I’m sure that I didn’t go to be late, there you fell asleep very late and I had to wake up early the day after…. World disconnection.


03/05/2009

Mardi 31 Mars -15ème jour - Bangalore

 

P1060273 [800x600].JPGGrasse matinée pour récupérer de mon sommeil tardif de la veille, j’émerge vers 11h, et retrouve P1060281 [800x600].JPGLinda, toujours tout sourire, attablée dans la salle à manger en train de travailler. Le temps d’une douche rapide, nous décollons pour le restaurant qui se trouve dans le Barton Center (Tonio me souviens plus du nom le 13th floor je crois non?) en rickshaw. C’est le restaurant de leur « first date », situé au 13ème étage ce qui me permet d’avoir une vue panoramique de Bangalore, c’est très agréable. Je trouve toujours la ville aussi agréable même en journée, peu de gens comparés à Delhi, routes correctes, moins de quémandeurs, quémandeuses, moins de gens qui courent derrière les étrangers. Bangalore n’est pas une ville touristique, mais une capitale IT, ceci explique cela. Il fait un temps magnifique, le ciel est dégagé. Je comprends pourquoi Tonio y trouve son compte, bien que la ville ne soit pas très jolie en soi.

Choix entre le buffet, et la carte, option pour le buffet très bien garni. C’est parti pour une discussion d’une bonne heure et demi, pour que je fasse mieux connaissance avec Linda qui est d’origine suédoise, venue rejoindre Antoine à Bangalore après avoir elle-même passé auparavant 3 mois en Inde, où ils se sont rencontrés. Elle m’udpate sur le fait que le « roulement » des expatriés est ici rapide. Finalement Antoine avec ses presque deux ans ici, commence à faire figure de « vieil » expatrié. Les amis du début vont bientôt partir. Contrairement à la Chine où la plupart des expats que je vais croiser sont installés généralement depuis plus de deux ans, voire plutôt 4, même 6 ou 9 ans…

 

P1060296 [800x600].JPG

 

P1060299 [800x600].JPG

 

Post-déj, je me mets en quête d’un nouvel endroit pour changer un nouveau traveler, je finis par atterrir chez Thomas Cook, qui veulent au départ me faire un change à 65, ce que je refuse, ayant vu juste avant l’un qui me faisait le taux à 66. Ils finissent par s’aligner. Dans ce pays, celui qui m’aura le moins arnaqué au niveau taux de change, c’était le mec du market de Delhi qui m’a changé mes euros pour le taux sans taxe à 68 et la plus grande « voleuse », la banque !

P1060331.JPGNous devons aller vers le marché pour aller voir le marchand de meubles d’extérieur d’Antoine pour trouver je ne sais quoi. Je veux en P1060318 [800x600].JPGprofiter pour voir si je ne trouve pas des éventuelles choses intéressantes au niveau tissu. Rickshaw et nous voilà près du marché. C’est très agréable de pouvoir se balader à pied sans être bousculé, et sans que ça soit trop sale par terre. A un moment donné, Linda me montre une boutique trop rigolote, une sorte de bazar mixant antiquités et objets en tout genre vintage qui feraient fureur à Paris, structurée en deux allées, si étroites et encombrées que nous pouvons à peine passer. Il y a des téléphones à l’ancienne, des longues vues, des boussoles, un vrai bric-à-brac où se glissent néanmoins des objets dont nous doutons fortement de l’ancienneté, ça sent plutôt le Made in India for Tourists. Si je n’étais pas encore en vadrouille pour tant de mois, j’aurais bien pris un de ces objets rétros pour ramener à Paris.

Nous arrivons tranquillement mais sûrement à destination. Je me pose à regarder les gens qui passent, les photographiant, pendant que Linda discute et négocie. On tente de nous servir à un moment donné un verre de lemon que je refuse. Linda un peu obligée d’accepter, espère simplement de ne pas être malade suite à cela. Le commerçant P1060354 [800x600].JPGpropose beaucoup trop cher, nous repartons sans aucune commande, elle verra ça avec Tonio le soir. Nous nous baladons encore un peu, mais il est déjà 17h, j’ai mon train le soir pour Hampi qui part à 22h et quelques, décidons de rentrer.

Je backpacke un petit sac à dos pour mon excursion à Hampi de 2 jours, prévoyant au cas où mon train a du retard au retour ne me permettant pas de revenir chez Antoine, des affaires pour Kochi et Munnar aussi. C’est très agréable de voyager léger, je laisse tout mon matériel (ordi/gros appareil photo/etc etc) sur place. Tonio débarque vers 19h00 et quelques les bras chargés de cadeaux : la BOUFFE ! ;) Dîner indien à domicile ce soir, histoire de ne pas partir le ventre vide, nous nous posons sur le balcon pour dîner. Vraiment agréable.

On checke de quelle gare je pars, Tonio et Linda m’accompagnent jusqu’au rickshaw. Tonio négocie le prix et c’est parti pour environ 40 minutes de trajet. Je suis très en avance encore une fois, la circulation a été clémente. Ca me donne le temps de traîner un peu dans la gare en observant ce qui s’y passe avant de rejoindre mon quai. Cette fois-ci personne n’a tenté de me faire tamponner mon e-ticket ! ;)

Je trouve le repère correspondant à mon wagon. 2nd class couchsleep A/C. Logiquement c’est un wagon de filles, mais finalement ça ne sera pas le cas, je me retrouve entourée d’hommes partout. Les couchettes dans cette catégorie, c’est un wagon où sur le long près des fenêtres il y a des couchettes l’une au dessus de l’autre, mais par rangée unique. Et à leur perpendiculaire, 4 « cellules » délimitées par un rideau, où se trouvent 4 couchettes superposées comme nos trains français. Je tente de voir avec le contrôleur. Le train est presque full. Je jette un œil pour jauger de mon entourage, je ne sens aucun danger, d’autant que mes voisins du dessous sont un père et son fils, le fils étant très affairé sur sa PlayStation. Il est évident que je ne suis pas avec des Indiens qui risquent de me voler mes affaires du tout. Je vois les ordinateurs qui sortent ci et là.

 

P1060410 [800x600].JPG

 

Néanmoins je ne me pose pas encore, mais j’occupe le couloir. J’entreprends de tester les toilettes du train pour voir à quoi ça ressemble et c’est assez rigolo. Lita au tél, ça fait du bien de rire à deux. Pour tous ceux/celles qui ne le savent pas prévoyez toujours un rouleau WC ou mouchoirs lorsque vous allez dans des WC publics, ils n’en auront jamais. Jugez par vous-mêmes.

 

P1060419 [800x600].JPG

 

Une fois la grande aventure de la restroom achevée, il y a une chose qui est vraiment géniale avec les trains indiens, c’est que les portes de sorties peuvent être maintenues ouvertes même quand le train est en route.

J’étais près d’une des portes, toujours au téléphone avec Lita, lorsque un homme vient près de moi, me fait signe de m’éloigner un peu, regarde par la porte.

"- What ar’ you doin’ ?

- Oh I like watching outside and having the fresh air…

- Ah oky, but please don’t Jump…”

Je trouve sa réplique assez énorme, la seule chose qui lui vient l’esprit c’est de me dire de ne pas sauter du train. Et d’enchaîner :

« - I’m tech’ni’cian. Train. Whe’r you’r from ?

- France

- You have big trains in F’rance, ve’ry fast trains.

- Yes, yes…

- Ok, I’m goin’, please car’eful and don’t jump.”

J’aime l’Inde pour ce côté… Je ne trouve pas les mots justes. Etre debout à me tenir de part et d’autre de cette porte de train ouverte à regarder défiler les paysages nocturnes ça procure un grand sentiment de liberté. Ca nous transporte aussi dans une autre époque, l’imagination vagabonde. On a les images de train de westerns… Soudain le 21ème siècle avec ses portes automatiques, où nous sommes enfermés dans des cellules confortables disparait, et j’apprécie l’anachronisme de la situation… avant de regagner ma couchette et m’endormir assez vite.

 

P1060427 [800x600].JPG

06:24 Publié dans Carnet de Bord, Inde | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : bangalore

28/04/2009

Lundi 30 mars - 14ème jour - Delhi/Bangalore

P1060187 [800x600].JPGLever tôt et courte nuit. Le temps de saluer Anouck, et de retrouver Baldir. Anouck m’appelle à temps pour me lancer mon cahier d’annive par la fenêtre de mes 30 ans offert par Nanou où je fais signer les gens chez qui je loge que je lui avais donné la veille (d’ailleurs il va me manquer Thibaut D et Val de Shanghai, je mettrai une photo à la place), que j’allais presque oublier. Baldir me conduit chez Ludal (qui doit décoller à 9h45 de l’hôtel pour la signature du contrat, il est sensé partir le lendemain pour Singapour). On passe rapidement par le tailleur qui a oublié de donner à Anouck mon haut rose réajusté, et nous voilà sur la route. Miraculeusement Baldir arrive en moins de vingt minutes chez Ludal (nous ne sommes P1060192 [800x600].JPGpartis qu’à moins quart) ce qui nous permet de nous voir, je lui lâche les pantalons de sa miss, plus quelques affaires à ramener en France pour moi, et nous avons le temps de prendre un p’tit déj au buffet d’en bas. Il me rejoint alors que j’ai déjà emmené les assiettes. Sachant que je ne vais probablement rien avaler de la journée, je me régale avec leurs brunch mi-asiat (riz etc), mi western (dognuts, œufs etc..) et surtout du fromage… Ce fromage que je vais m’offrir le luxe de m’acheter aussi à HK et à Shanghai. Nourriture frenchie qui me manque le plus en voyage !

- A cet instant (toujours dans le train de Shanghai à Pékin) je rêve d’un Saint-Maure de Touraine, d’un Valençay, un Reblochon bien coulant, ou le fameux Comté Truffe d’Alain….. Je rêve d’une énorme pièce de bœuf de la Boucherie Roulière, de leurs escargots, ou du dernier et premier dîner chez l'Ami Jean avec Philippe. Je rêve de tous les merveilleux plats d’Alain, en particulier tous les mets de mon dîner de « départ » me reviennent à l’esprit. Je rêve de sa volaille cuite à la perfection. Je rêve aussi d’un croissant aux amandes, des macarons Laduré, d’un fabuleux dessert au thé vert goûté dans un restaurant Thai dont je ne me rappele plus le nom lors d’un dîner avec Broc’. Plus proche je me souviens des Dosa de Munnar qui fondaient dans la bouche, et de leur riz sauté avec du paneer parfaitement revenu ou du délicieux canard si finement laqué de mon premier dîner avec Ludal, Karan et Anouck, du paneer encore et de l’agneau parfaitement cuisinés du restaurant indien de l’hôtel Maurya encore une fois avec Ludo. Je me souviens de l’Italien de l’Impérial aussi. Je repense à cet Hot Pot incroyable à Hong-Kong ou se restaurant coréen de mon dernier soir là-bas, de la dim sun soup délicieuse de ce boui boui où m’a emmenée Fabrice. Je repense à a délicieuse noodle beef soup du café du Moca à Shanghai toute à l’heure ou au mini dim sum avalés hier sur l’espère de foire culinaire croisée par hasard au pied du Jingle Temple. Mon palais apprécie un des grands plaisirs de la vie qu’est la cuisine. J’aime autant déguster, que de faire déguster... Bref, ne pas y penser dans le train, où je suis encore une fois à la diète.

P1060197 [800x600].JPGLudal est prêt à partir, nous le conduisons avec Baldir à la base. On se sépare ici, je suis triste, car je ne sais pas quand je vais le revoir la prochaine fois. Pas avant six mois c’est certain, voire peut-être plus. Grâce à lui, mon séjour à Delhi a été très agréable aussi. Je dois recharger ma carte téléphone avant de décoller, mais l’endroit où me conduit Baldir est fermé, et comme il ne veut pas prendre le risque de me mettre en retard pour l’enregistrement, il me propose gentiment de recharger ma carte après m’avoir déposée. J’aime beaucoup Baldir. C’est quelqu’un de fort sympathique que je quitte aussi avec regret. Me voilà arrivée à l’aéroport de Delhi. J’enregistre, et passe dans la salle d’attente. Mon vol partira avec presque une heure de retard et pourtant arrivera à l’heure à Bangalore. Je n’ai pas compris comment ils ont fait. L’Inde m’étonnera toujours je crois.

Arrivée à l’aéroport de Bangalore pour une raison obscure d’incompréhension je pensais qu’il fallait que j’aille à un arrêt de train proche P1060236 [800x600].JPGde chez Tonio. Ce qui m’étonne vu que je ne vois pas de ligne de métro nulle part. L’aéroport de Bangalore contre toute attente est ultra moderne, ce qui est très surprenant est de voir cette bâtisse impeccablement propre, bien organisée, à l’occidentale. C’est assez agréable. A la sortie, il y a les taxis mais surtout un système très complet de bus/navettes qui proposent de vous emmener à différentes destinations. Je montre le plan sur mon blackberry à l’un des chauffeurs qui m’oriente vers un bus (que finalement lorsque je reviendrai de Kochi, je réalise que ce n’est pas le bon) pour le centre ville, une gare (laquelle je n’en ai aucune idée). Le trajet en bus dure environ une quarantaine de minutes (150 roupies), il y a du trafic il est environ 16h30/17h. Très étonnant la sorte d’autoroute moderne sans irrégularités de Bangalore. Arrivée à la gare je me fais naturellement approcher par un rickshaw qui me demande plus de 100 et quelques roupies pour la course. Je lui dis que c’est beaucoup trop cher et me dirige vers les pré-paid rickshaw, là on me fait un tarif à 70 roupies pour me rendre chez Tonio. Ca me parait plus approprié, et je saute dans le Rickshaw.

Le trajet dure environ 40 minutes, et j’apprécie mon premier aperçu de la ville de Bangalore. C’est beaucoup plus agréable que Delhi, les rues sont assez larges, c’est beaucoup moins crowded, le climat est sec et chaud. On sent la ville de « province », une ville où on peut se promener à pied ce qui est rapidement fatiguant à Delhi. Arrivée autour du quartier de Tonio, naturellement mon rickshaw ne sait pas exactement où c’est, et mon blackberry a décidé de rendre l’âme au même instant, donc je n’ai plus accès au visuel envoyé par Tonio. Je tourne pas mal dans le quartier, car sachez-le pour les futurs potes qui envisagent de visiter Tonio, il y a plusieurs Da Costa Square. Donc munissez-vous du dessin de Tonio !!!! C'est mieux !  On tourne plusieurs fois, nous nous arrêtons, demandons à un rickshaw qui à chaque fois nous envoie dans une autre direction. On suit quelqu’un, bref India as usual. J’appelle plusieurs fois Linda, en lui disant où je suis, ce que je vois, mais sans énorme succès jusqu’au moment où une personne nous conduit presque en face de l’école islamiste. Me voilà presque arrivée !!! Je trouve enfin le lieu-dit et m’aperçois que nous étions passés au moins 2 fois devant. J’arrondis la somme prévue initialement à mon rickshaw qui râlait.

Il est déjà presque 19h quand enfin je retrouve Linda, tout sourire ce qui la caractérise définitivement. La dernière fois et première fois que nous nous étions vues c’était rapidement au Coolin’ en décembre à Paris, ça me fait plaisir de pouvoir la voir un peu plus lors pour cette occasion. Le temps de poser mes affaires, de prendre une douche réparatrice, Tonio nous appelle pour savoir ce que nous préférons faire, dîner at home ou rejoindre des amis au restaurant. Option restaurant avec les amis. Une fois parée et prête, nous repartons avec Linda pour le restaurant. J’aime décidément les rickshaw, c’est un moyen de transport excessivement agréable. Ca me manque en Chine. Les pousse-pousse n’existent plus (enfin je n’en ai pas vu dans les grandes villes) et leur équivalent nous sommes enfermés dans des petites cages en plastique à l’arrière du véhicule, pratique contre la pluie, mais beaucoup moins convivial que les rickshaw.

Nous arrivons à destination dans un restau dont je ne me souviens plus le nom (Linda/Tonio ?), où nous allons en terrasse. Là bas une P1060248 [800x600].JPGgrande tablée multi-nationalités nous attend et a déjà entamé les festivités. Je retrouve Tonio, en forme et tout bronzé (ou rouge ?;)) de son précédent week-end playa dans le sud du Kerala. Suédois, Anglais, Français autour de la tablée. Rigolo de revoir Tonio en vrai, rigolo aussi de le sentir bien là où il est. Commande de la suite des plats, absolument délicieux. Poulets à toutes les sauces, paneer, riz, nan… Ca fait un mois que je ne mange P1060260 [800x600].JPGplus indien, et autant au début ça ne me manquait pas du tout, autant à présent, je me ferai bien un p’tit dîner à base de dosa, paneer, et un de leurs plats veggie délicieux. Le dîner se passe et nous sommes tous rentrés avant 23h at home. Tonio m’explique qu’à Bangalore tout ferme à 23h00, et finalement ce n’est pas si mal. On finit tôt, on rentre tôt, rythme assez sain, le tout dans un climat très clément. Il a une petite balancelle sur son balcon, un vrai bonheur de finir dessus avec du thé, en regardant les étoiles, et discutant à voix basse pour ne pas déranger les ouvriers de la maison en construction d’à côté qui dorment sur place.

 

P1060263 [800x600].JPG

 

Ce soir-là pas de balancelle prolongée, tout le monde est fatigué, nous rejoignons nos pénates rapidement. ... Vous voulez en savoir plus sur "tonio", cliquez ici :)

26/04/2009

Dimanche 29 mars - 13ème jour - Agra - 4ème partie : Le retour

P1060098 [800x600].JPGJe retrouve Stéph, Henri et Caro avec grand soulagement, et je découvre le côté routard dans cet hotel qui est rempli de lonely planet et routards en tout genre. Rigolo comme ambiance. J’avais oublié ce que ça faisait d’avoir autant de « western » autour de moi. Henri et Caro m’expliquent qu’il y a un énorme groupe de français qui est arrivé la veille. Effectivement nous les voyons se poser derrière notre table. Nous ne les aborderons que sur le point de partir, il s’agit d’une école P1060109 [800x600].JPGd’archi en Inde pour 3 semaines, et là ils profitaient du week-end pour visiter. La fin d’après midi se déroule plus agréablement que ces 2h00 avec le guide, échange sur le voyage d’Henri & Caro, etc etc… Stéphanie nous quitte plus tôt son train est à 18h, et nous trois nous décidons d’aller dîner dans un restau recommandé par un couple croisé par Henri et Caro dans le Rajasthan. Ils partent plus tard aussi pour Udaïpur je crois.

P1060113 [800x600].JPGOn s’y rend à trois en rickshaw, même si ce n’est pas loin, car Henri et Caro ont leurs sacs. Comme dit Henri : « moi maintenant ce n’est pas plus de 10 roupies par personne ! ». Le restau est à la hauteur de la recommandation. Ca fait du bien de manger, je n’ai rien avalé de la journée (en même temps avec la chaleur nous avons rarement faim). On prend un assortiment, poulet, paneer, riz etc… Délicieux. Avalé vite pour moi, car mon driver m’appelle et est à l’heure (miraculeusement, je me suis demandée s’il serait là). J’aurais pu rester plus longtemps, vu qu’ensuite j’ai attendu dans P1060118 [800x600].JPGla gare, mais n’évaluant pas exactement les distances, j’ai préféré ne pas prendre le risque de louper mon train. Mon driver qui peut enfin en placer une est sympathique. Nous avons le même âge, sur la route il salue un de ses potes, on chache avec ses quelques faibles mots d’anglais un peu. Je lui explique que j’ai aimé Agra mais pas tous ces shops. Il semble compatir et je le soupçonne de désapprouver les méthodes de mon guide de l’après-midi. On passe par la « nouvelle » ville d’Agra lumineuse, qui a l’air sympathique. A lui je lui laisse un pourboire plus conséquent, histoire d’être bien ironique vis-à-vis de l’autre guide. Il semble reconnaissant.

P1060127 [800x600].JPGLa gare d’Agra est nettement plus calme à cette heure (19h et quelques) que le matin. Voire un peu glauque dans le hall, où je décide de rester le temps que mon quai se remplisse un peu. Je finis par me rendre sur la voie 2, me pose près de deux américains et leur guide de la journée (qui a l’air nettement plus sympathique que le mien !) à qui je demande si je suis bien sur la bonne voie, et comment trouver mon wagon. L’américaine et l’américain sont venus pour P1060156 [800x600].JPGun mariage à Delhi, et ont profité pour visiter la région. Elle vient du New Jersey, et lui de je ne sais plus où. Ce n’est pas un couple. Nous discutons rapidement de New-York, de leur mariage. New-York me manque, et à cet instant je savoure l’idée que je vais finir mon voyage là-bas, retrouver mon cousin par la même occasion, revoir Ayala et rencontrer son p’tit, voir Mon-saï et peut être Max. Manqueront Yogui et Amélie rentrés depuis à Paris.

 

P1060159 [800x600].JPG

 

- A cet instant précis, je suis dans le train qui me mène de Shanghai à Beijing (il est 23h56, heure locale), penser à mes proches est agréable, dans un contexte où je me sens observée par les autorités du train dubitatives concernant le fait que ça fait un moment que je tapote sur mon ordinateur dans le couloir (où il y a des prises), plutôt qu’être enfermée dans ma couchette. Ils étaient plus avenants dans le train de Hong-Kong à Shanghai. Je regrette ma p’tite grand-mère et grand-père, fort chaleureux. Mes co-wagonistes sont deux hommes. Le premier a sympathiquement troqué ma couchette du bas pour celle du haut (je préfère), puis n’a plus ouvert la bouche. Le deuxième - arrivé plus tard -  a le visage fermé et dur, sans doute parce que le le fils ou parent de mon premier co-wagoniste avait squatté le lit du deuxième pensant que la couche était libre. Celui-ci a du attendre qu’on lui remette des nouveaux draps, ça ne lui avait pas plu. Depuis il arbore un visage sévère.

Les « autorités » du train ne sont pas hostiles, mais certain(e)s passent et repassent…Une femme à un moment donné était assise à côté de moi. Si elle attendait que je finisse, c’était sans se douter de la noctambule qu’elle voisinait. Elle est finalement repartie. Un homme en képi  - une sorte de contrôleur - vient de s’approcher de moi. J’ai cru qu’il voulait passer, me pousse. Il me fait un signe « non » de la main et jette un œil sur mon écran. Il m’a fait un grand sourire, quand je lui ai dit « it’s french »,  l’a constaté, puis s’est éloigné. Mon statut d’étrangère semble me protéger d’une investigation plus poussée alors que mon apparence d’asiatique lookée occidentale avec un casque sur les oreilles et un portable sur les genoux attire quelques regards interrogateurs. (Ici ils commencent souvent par me parler en chinois, avant de réaliser que je ne comprends pas un mot de ce qu’ils me disent) Un jeune garçon (environ 17 ans) vient de m’apporter une approche conviviale, puisque je viens de lui céder ma prise pour qu’il puisse recharger son téléphone que du coup je surveille (il est parti). –

 

P1060162 [800x600].JPG

 

Sur la gare, des femmes assises par terre en rond, dînent. Plus loin un groupe de d’jeunes routard sont disposés en carré imparfait, les uns allongés siestent, d’autres lisent. Le train arrive, je suis assise à côté d’un Indien, et m’assoupit peu de temps après le départ. Envoi d’un SMS à Baldir pour lui préciser que j’arrive plus tôt que prévu à la gare.

 

P1060176 [800x600].JPG

 

Deux heures après me voilà à nouveau à la gare de Delhi, beaucoup moins hostile que le matin, Je navigue entre les voitures pour trouver Baldir qui cette fois a une voiture-taxi (il m’explique que c’est aussi sa voiture, il est taxi depuis de nombreuses années en fait, quand il ne fait pas chauffeur privé). Je suis contente de le retrouver, et j’ai un peu la sensation d’être « rentrée à la maison » après cette journée mitigée à cause de mon guide à Agra. Je précise à Baldir de passer me prendre à 8h30 pour pouvoir prendre un p’tit déj avec Ludal, retrouve Anouck, essaie mon Saree qu’elle est allée chercher la journée (rigolade) et prépare mon sac. Dernier soir à Delhi, demain je pars pour Bangalore. Je suis assez triste de quitter Delhi, Ludal, Anouck, et toutes ces personnes rencontrées que j’aurais voulu continuer à découvrir. La perspective de retrouver Tonio adoucit mon départ.

 

P1060179 [800x600].JPG

 

13:20 Publié dans Carnet de Bord, Inde | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : agra, delhi

Dimanche 29 mars - 13ème jour - Agra - 3ème partie : L'après-midi

P1050913 [800x600].JPG(à gauche le fort d'Agra) Et c’est parti pour deux heures insupportables, qui vont pas mal gâcher la journée. Il me traine c’était prévisible chez un premier marchand de marbre, tout en faisant de grands sourires et étant poli à l’excès. Je ne supporte pas ça, mais je reste aimable. Détail rigolo, avant que je n’arrive personne ne travaillait, il leur a demandé rapidement de se remettre au labeur pour la « démo ». Magasin de marbre, je fais mine de regarder en sachant que je n’achèterai rien. Jouons le jeu, un shop ça ne coûte rien. Après le marbre, j’ai droit au marchand de tapis, au bijoutier, jusqu’au moment où je m’énerve un peu en lui disant que je ne veux plus de magasin, que je veux faire le tour de la ville pour avoir une idée de ce à quoi ça ressemble. On passe devant le Fort que je refuse de visiter, il fait trop chaud et l’entrée est encore chère (250 roupies) après les 750 du Taj, ça fait beaucoup.

On arrive finalement au Baby Taj Mahal, qui lui laisse présager d’un monument intéressant et va me libérer pour un temps de mon P1050973 [800x600].JPGguide hableur dont je ne supporte plus ni la présence, ni la voix. Manque de bol, pour je ne sais quelle raison il décide de m’accompagner ! En fait c’est parce qu’il pense qu’en étant toujours scotché à mes bottes il aura un pourboire plus conséquent, c’est tout l’inverse. Il ne reste pas longtemps à mes côtés, je m’éloigne, et tente de profiter de la beauté et discrétion de ce lieu. Encore une fois un gamin de 4 ans à peine me poursuit, c’est dur pour ça l’Inde aussi.

P1050997 [800x600].JPG

 

Il fait une chaleur de dingue, je n’arrive pas à joindre mes amis suisses, et il me reste encore au moins 4h00 avant mon train du soir, et peu de choses à voir à Agra en réalité. (Pour info : une demi journée à Agra suffit largement !). Je tente d’appeler mon agent à Delhi, pour savoir s’il n’y pas moyen de prendre un train plus tôt, voire d’évaluer combien coûterait un chauffeur pour me ramener par le plus grand des hasards. Mon guide me propose de m’emmener à son agence pour me prendre un billet, ou me proposer une voiture. Je ne lui fais pas confiance, en outre je préfère passer par le même interlocuteur. Bilan des courses : impossible de changer de train sans perdre mon billet, et devoir repayer. Le driver serait de 2000 P1060003 [800x600].JPGroupies, on oublie. Je m’interrogeais sur ce que je pouvais faire, lorsqu’un sms providentiel de Stéphanie m’invite à les rejoindre à leur hotel/site où il y a un p’tit café. Presque sauvée par le gong. Je donne à mon guide la nouvelle donne, et celui-ci veut d’abord me lâcher à 16h (alors qu’initialement je l’avais jusqu’à 19h), et ne plus jamais revenir. Je m’énerve un peu lui rappelant ses devoirs, et négocie qu’il me dépose à mon rendez vous et revienne me chercher vers 19h pour m’emmener à la gare. Il baragouine je ne sais quoi à quelqu’un au téléphone, lui ne viendra pas (ouf) mais le conducteur oui. J’ai encore droit à une boutique de cashmere sur le chemin. Il m’exaspère vraiment. Arrivée, il me balance :

P1060010 [800x600].JPG«  - You’re very nice (toute la journée j’ai eu droit à des cirages de pompes) you know, some times some people give a tip, some don’t, but it is not a problem.”

Il m’a tellement agacée et je le voyais venir depuis le début, que je lui file 10 misérables roupies (car naturellement à chaque shop visité il a touché une com’). Et soudain il est nettement moins aimable en arguant :

« - Ten ruppies ?? !

- You know you earned more in all your shops…."

Fin de la discussion, celui là oublié contrairement à ceux que je vais croiser dans le sud…

 

P1060104 [800x600].JPG

P1050932 [800x600].JPG

 

12:53 Publié dans Carnet de Bord, Inde | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : agra

23/04/2009

Dimanche 29 mars - 13ème jour - Agra - 2ème partie : le Taj Mahal

L’arrivée est relativement brusque... a peine descendue du train :

« - Taxi, do you want a taxi ? See I am official.. “ et de me montrer une carte. Je décline de la tête gentiment.

Un mètre plus loin, des gosses viennent me quémander et se font dégager par l’homme qui tente de me vendre son taxi.

Je sors de la gare toujours suivie par mon gonze, il fait chaud, on se prend le soleil dans les yeux, et la foule de rickshaw, taxis qui interpellent. Ne me sentant pas du tout d’attaque à négocier quoi que ce soit, je décide d’opter pour le prepaid taxi, même si cela va me couter un poil plus cher. Postée devant la cabine qui est pile en face de la sortie de gare, je tente de me concentrer sur la « carte » alors que pleins d’hommes m’interpellent pour me vendre leur moyens de transport. 150 roupies pour aller au Taj Mahal (de tête) c’est cher, étant donné qu’on pourrait y être pour 35/40 roupies max je crois en rickshaw négocié. Une jeune fille à côté de moi a l’air aussi de scruter la « carte », elle s’appelle Stéphanie, suissesse. Je regarde les « programmes » de la journée. 650 roupies pour avoir un taxi toute la journée qui me redéposerait à la fin. Je propose à Stéphanie de la chopper dans ma voiture et la déposer où elle veut. Mais nous n’allons pas dans la même direction. Echange de numéro, on décide de se recroiser au Taj Mahal, elle doit passer d’abord prendre des amis (dont je fais faire la connaissance ensuite).

Fatiguée par le bruit, et la foule, je prends la journée me disant qu’à mon avis je vais le regretter mais bon. C’est parti, mon guide (que j’aurais envie de taper toute la journée), m’emmène vers la voiture avec mon driver (qui lui est fort sympathique en revanche). Je n’aime déjà pas son attitude fort mielleuse, qui sent la politesse forcée. Et de me faire des dithyrambes sur Paris, les Français et bla et bla et bla… Qu’il se taise ! 10/15 minutes environ plus tard nous arrivons à l’entrée pour se rendre au Taj Mahal. L’accès est interdit aux véhicules. Mon guide me lâche, il est presque 9h00, nous convenons d’une horaire de retour. Et il me lâche.

P1050726 [800x600].JPGIl faut marcher un peu plus de dix minutes pour se rendre à l’entrée du Taj Mahal. Je suis suivie pendant au moins 5 minutes par un jeune garçon qui veut absolument me vendre soit une mini boule à neige Taj Mahal, soit un mini porte-clés. Il finit par me lâcher quand on croise un autre mini groupe de touriste qui courageusement a du se lever à l’aube pour voir le lever du soleil sur le Taj. Au Taj Mahal, vous n’avez pas le droit de filmer, ni d’emmener de boisson, mais ils vous donnent à l’entrée une bouteille d’eau. Pas de nourriture non plus, je cède mes pommes que je prends régulièrement dans la chambre d’hôtel de Ludal à deux jeunes guides à l’entrée. Elle est chère d’ailleurs 750 roupies pour les étrangers pour voir ce célèbre site. L’entrée du Taj Mahal est une grande arche rouge qu’on traverse avant de déboucher sur cette si célèbre vue. Pour l’instant le site est encore relativement vide, quand on en partira vers 12h/13h, ça sera blindé de monde, donc il vaut vraiment mieux y aller tôt le matin.

Et de repenser à  Aldous Huxley - Le Tour du Monde d'un sceptique (merci Nanou) :

"Je suis toujours un peu gêné quand je me sens incapable d'admirer une chose que le reste du monde admire ou passe du moins pour l'admirer. Est-ce que moi qui suis idiot, ou est-ce le monde ? Est-ce le goût du monde qui est mauvais ou le mien ? (...) Le Taj Mahal est une des sept merveilles du monde. (...). La nature, je le répète faisait tout son possible mais elle eut beau l'embellir, elle ne put cependant améliorer l'oeuvre de l'homme ; le Taj, même au soleil couchant, même réfléchi à l'envers dans les bassins et dans le fleuve, même avec l'aide des cyprès mélancoliques, le Taj fut une déception."

Contrairement à Aldous Huxley, le Taj ne fut pas une déception, mais il fut effectivement sans doute moins à la hauteur que l'idée que P1050743 [800x600].JPGnous pouvions nous en faire, de prime abord. Moins imposant, moins grand. "(...) L'édifice n'est pas tout à fait aussi somptueux qu'ils l'imaginaient.", idem. C'est le double-tranchant de ces sites trop montrés, le risque d'être "moins". Tout comme les films ou livres dont on nous a trop vanté les mérites, le cerveau même en luttant se fait toujours une idée plus belle que réalité et n'échappe pas à une relatif désapointement lorsqu'il est confronté à la réalité. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai cessé de lire toutes les critiques de films avant de les avoir vus moi-même.

A l’entrée deux touristes allemands en Inde pour les affaires tentent de se faire prendre en photo devant le monument, je leur propose de les shooter, et ils veulent aussi me shooter en retour devant le palais. Va pour la photo touriste, ça sera pour Mum ;).

P1050775 [800x600].JPGJe m’engage dans une des allées m’approchant du Palais. Il est quand même beau, dégage quelque chose. Aldous Huxley était un peu sévère. Là où il prend toute sa dimension c’est lorsque nous sommes sur l’esplanade, tous les détails des ornements, la beauté sobre du lieu, malgré les richesses, la matière. "Le marbre est partout sculpté et filigrané, incrusté de pierres préciseuses. La moindre rose représente pas moins de ving ou trente cornalines, onyx, agates, chrysolites. La Nouvelle Jérsusalem ne possédait pas une aussi riche variété de pierres préciseuses.", idem. Mais nous en sommes pas encore là. Je décide de me poser assez longuement sur un des bancs, posées devant le Taj Mahal, pour profiter de l’instant, et du temps qui passe. Je suis dérangée une première fois par un des « photographes » du site qui prend un couple (moyennant des roupies, on peut être immortalisé devant le monument).

Deux minutes après, à nouveau un autre groupe… Je finis par décamper pour me rendre plus loin sur un autre banc. Un groupe de jeunes ados (mecs) indiens se prennent en photo à côté.  Je les regarde amusée, quand l’un d’eux vient et demande une photo avec moi. Ils doivent avoir 13/14 ans si ça les amuse après tout ça ne me coûte rien. Grossière erreur !!! Eux ça ne prend que 2 minutes, et ils ne sont que 2 à vouloir ce cliché avec une « western » (très typée Asiat la western quand même…), mais après… le processus va s’amplifier et empirer. Je finis par me lever de mon banc pour avancer vers le Palais, et je croise successivement un, puis deux, puis trois… groupes d’ados plus vieux déjà eux (autour de 17 à 22 ans je dirais), qui veulent une photo avec moi (les uns après les autres). Je redis oui pour l’un après les groupes des d’jeuns, mais au bout de la énième photo je finis par décliner et refuser. L’impression désagréable d’être une bête de foire. Car autant shooter les gens je le fais beaucoup, mais je ne leur demande jamais de poser avec eux, ce n’est pas un rapport malsain de « me montrer avec eux ».

L’explication vient le soir avec Anouck, qui me dit que c’est effectivement une sorte de fascination malsaine et que ça « fait bien » d’avoir une photo avec une « occidentale ». Qu’en outre, ils ne choisissent jamais des « vieilles » comme par hasard, et qu’elle avait été aussi très surprise quand un jour, un homme d’affaire croisé deux minutes lui avait demandé une photo avec elle, ce qu’elle avait refusée aussi. Il parait que les filles font pareil, je n’en ai vu aucune sur le site en tous cas.

P1050796 [800x600].JPGArrivée au pied du site, nous devons nous déchausser ou enfiler les chaussons donnés à l’entrée avec le ticket. Je suis en chaussette et je commence à monter les hautes marches qui mènent au pied du Palais.  Sur l'esplanade, je suis à nouveau embêtée par un groupe plus vieux d’hommes qui veulent me prendre en P1050806 [800x600].JPGphoto avec eux. Je dis non poliment, mais l’un insiste de manière vraiment insupportable, il me suit alors que je m’éloigne, je vais vers un groupe de vieux assis par terre sur le parvis, qui regarde le manège sans trop réagir. Fascinant. Le mec finit par lâcher prise. Mais c’est vraiment fatiguant.

Je finis par rentrer à l’intérieur du Taj Mahal, après avoir pris mon temps à shooter les détails du site, qui n’a rien d’exceptionnel,P1050790 [800x600].JPG P1050804 [800x600].JPGd’autant que nous sommes dans le noir, qu’il est interdit de prendre des photos (règlement transgressé largement par la foule du coup on entend des coups de sifflet tout le long des gardiens malheureux tentant d’identifier sans succès les coupables). Mais je retrouve à l’intérieur Stéphanie et ses deux amis  - Caro et Henri - qui font aussi un tour du monde d’un an eux. C’est trop sympa, ils arrivent du Rajasthan. On discute, échange, nous suivons sur le site. Vous pouvez suivre leurs aventures ici, si ça vous dit aussi. Après la visite du Palais, on en fait le tour, de l’autre côté, un fleuve.

 

P1050824 [800x600].JPG

P1050827 [800x600].JPG

On se dirige alors vers l’aile gauche visiter l’autre bâtiment du Palais. Rouges, là encore pleins de petits détails. Un vrai plaisir pour l’œil.

 

P1050857 [800x600].JPG

Nous finissons par nous diriger vers la sortie lentement, profitant au bout du chemin d’une dernière fois de cette vision que probablement nous ne reverrons pas de si tôt. L’entrée est noire d’Indiens et de touristes, et lorsque nous sortons, la queue aux guichets est assez longue, alors que nous n’avons pas eu à attendre du tout.

 

P1050898 [800x600].JPG

Le Taj Mahal (l’ensemble) est un endroit qui ne laisse pas indifférent, et aucune photo ne peut rendre la subtilité du lieu. Son histoire participe à la dimension mythologique et mystique, même si  le point de vue de Aldous Huxley, peut se défendre : "Si on compare le Taj aux édifices européens plus ou moins contemporains de style nécolassique de la Renaissance et de tsyle baroque, cette pauvreté des éléments constitutifs devient frappante. Considérer par exemple, la cathédrale Saint-Paul. le nombe des motifs utilisés dans sa composition est considérable." A la nuance près que le Taj Mahal a été érigé entre 1631 et 1644, alors que la cathédrale Saint-Paul de Londres (si c'est bien de celle-là dont il parle), a été construite entre 1675 et 1710. Les styles évoluent en 30 ans...

Nous voilà hors du lieu. Je demande à mon guide de prendre mes nouveaux compagnons avec nous puisque la voiture est grande. Et là je suis heurtée à un non, impossible, blabla gouvernementale (la voiture est en prépaid j’ai pas compris), il refuse même le bakchich que je lui propose, j’en déduis qu’il ne doit avoir vraiment pas le droit de rajouter des passagers. Il veut absolument m’emmener dans la suite du programme alors que je lui avais dit que je voulais faire ce que je voulais à partir du moment où j’avais payé. Je laisse néanmoins Stéphanie, Henri et Caro avec regret qui vont prendre un pot dans un café je ne sais où, en leur disant que je vais boucler ça, et on se retrouve plus tard.

 

P1050792 [800x600].JPG

 

22/04/2009

Dimanche 29 mars - 13ème jour - Agra - 1ere partie : le train

P1050701 [800x600].JPGLever aux aurores pour chopper le train de 6h du mat’. Je me lève au radar, et saute dans un taxi, où je me laisse porter à travers Delhi avant que le soleil ne soit levé. Delhi à cette heure comme la plupart des grandes métropoles est agréable. Et de me rappeler combien j’aime me balader à Paris durant ces heures où la plupart des gens dorment, et où la ville soudain respire et s’apaise de son surplus d’activité quotidienne.

Il est environ 5h00 du mat’ et j’apprécie la fraicheur, le fait que pour une fois, les rues et avenues sont presque vides, le silence de la ville… Cette félicité est de courte durée, car arrivée aux alentours de la gare et donc près de Delhi Bazar, à nouveau l’agitation, le brouhaha, les rickshaw qui s’agitent, la foule, le bruit. A cette heure-ci, cette masse bruyante c’est un peu violent. Je navigue entre les taxis et les hommes pour me frayer un chemin jusqu’à la gare de Delhi. Je comprends que les routard(e)s/voyageurs(euses) qui débarquent via la gare à Delhi en garde une fort mauvaise impression. D’autant que le guide du routard semble-t-il les oriente vers des hôtels dans la rue du Bazar qui comme première approche de Delhi est un peu violente.

La gare de Delhi, ce sont des gens qui dorment aussi agglutinés dans le hall, c’est sale, bref, un univers quelque peu hostile si l’on n’est P1050706 [800x600].JPGpas habitué à l’Inde (et quand bien même) et surtout le matin. J’arrive néanmoins sur le quai qui semble correspondre à mon train, mais je vérifie auprès d’une personne pour en être certaine. Rapidement l’arrivée de touristes qui errent ci-et-là le long du quai me confirme que je suis vraiment sur la bonne direction. Je m’aventure à tenter de comprendre toutes ces feuilles accrochées au mur qui visiblement semblent correspondre à des réservations. Il y a des noms dans tous les sens, j’essaie de voir si le mien est inscrit quand un mec m’aborde après avoir abordé un groupe de touriste près de moi.

« - You’r’goin’ to Agra ?

- Yes

- Show me your ticket… Mum it is an electronic ticket.

- Yes

- You need to have it stamped at the tourist informations..

- Mmm ?

- Wait here, I’m comin’ back”

P1050708 [800x600].JPGCette histoire de tampon me semble légèrement suspecte étant donné que mon billet, comme il a si bien observé est électronique, et qu’il est fort probable que l’agence de Ludo m’aurait précisé si je devais faire telle ou telle démarche supplémentaire. Je reste plantée néanmoins au même endroit, je le vois partir avec le groupe des 3 autres touristes. J’ai effectivement vu le bureau des touristes indiqué quand j’entrai dans la gare, mais.. Il n’a pas l’air vraiment méchant, et je ne risque pas grand-chose vu la foule et le nombre de « Western People ». Il revient quelques minutes après, en me disant que je dois monter au bureau des touristes. Il doit être pas loin de 6h05, mon train est dans dix minutes, je lui fais remarquer que je risque de le louper si je le suis.

« - Come, Come … »

Quelque peu méfiante, mais voulant quand même vérifier, je le suis. Déjà première chose étrange, il me fait monter pas du bon côté pour le bureau des touristes. Bref, un œil ci et là, je ne risque toujours rien. Je me retrouve au premier étage, avec naturellement les guichets fermés et un gonze qui a une tonne de papelards dans les mains et qui me dit que mon billet doit être tamponné.

« - Ok, so do it if so…

- It is 2000 rupees, train taxes …”

Je me marre et je réponds :

«  - How can it be 2000 rupees, it is more than the ticket and more than a plane !”

Le mec ne se démonte pas, alors que l’autre, celui qui m’a emmenée semble paniquer.

« - Ok, it can be less…”

Je n’ai pas le temps de lui répondre, l’autre type lui baragouine un truc et me dit de le suivre, sinon je vais louper mon train. Donc on P1050709 [800x600].JPGredescend et il m’emmène directement à mon bon wagon (ce qui en soi est pas mal ça m’a éviter de chercher). Monte avec moi et me dit.

« - It is there, you must pay the train taxes…”

“ – But I don’t have any money, only 300 rupees” lui rétorque-je un peu hallucinée.

“ – 300 rupees is fine…”

“ – Listen I am not going to give you 300 rupees, I have already paid my train ticket.”, suffisamment fort pour que mon entourage l’entende.

Finalement le mec prend peur, et décide de sortir du train. Fin de l’anecdote de la tentative de roublardise… Dès 6 du mat’ j’avoue que la journée s’annonce rude, et quelque peu fatigante. J’ai halluciné que jusqu’au bout il tente de m’extorquer des roupies pour une soi-disant taxe de gare. Il est même parvenu à me mettre un doute, je me dis que je verrais bien quand le contrôleur passera. Me voilà en first class, assise. Le confort à l’indienne n’a rien à voir avec nos 1ère classe française, mais pour là-bas, nous pouvons considérer que c’est un vrai luxe. Néanmoins des détails que nous pourrions appliquer dans notre SNCF. Nous avons des bouteilles d’eau fermées à dispo avec chaque siège, et ils servent peu après – comme dans les avions – des plats – que je ne me risque pas à tester ceci dit.

P1050718 [800x600].JPGJe me retrouve initialement assise près d’une femme et son gosse. Je comprends qu’elle est avec la gamine qui se situe derrière moi, et je propose d’échanger nos places. Elle accepte, reconnaissante, puis 10 minutes après le départ du train, elle me demande de shifter encore avec une place tout au fond qui visiblement doit être celle de sa sœur. Vais-je bientôt enfin me poser ? Arrivée à ma nouvelle place, ma voisine entreprend de vouloir discuter avec moi sur le pourquoi je n’ai pas accepté la pitance servie par la compagnie. Je lui rétorque que je n’ai pas faim (ce qui est vrai) et abrège la conversation. P1050723 [800x600].JPG6h00 du mat’ je ne suis pas trop d’humeur à gazouiller. Je me tourne vers les paysages qui me mènent hors de Delhi. La journée s’annonce déjà magnifique. Mon observation néanmoins cède le pas à Morphée, je m’endors rapidement, interrompue seulement par le contrôleur de mon e-ticket qui naturellement n’a rien évoqué à propos d’un éventuel tampon ;), et m’éveille 2 minutes avant l’arrivée à Agra (réveil réglé car il ne s’agissait pas du terminus).

13:34 Publié dans Carnet de Bord, Inde | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : agra