Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2009

Paris, 20 Août 2009, 13h30... (suite - vol. 4)

paris.jpgParis, le 12/09/08 Ce jour-là je découvre le site Couchsurfing. Cette communauté incoutournable par tous les voyageurs qui fonctionne excessivement bien et qui est vraiment sécurisée étant donné la manière dont c'est fait (avec des ambassadeurs, des témoignages etc etc). Certes on n'échappe pas à quelques endroits (surtout en Inde), où en tant que fille on se fait aborder pour de nombreux "cafés" mais de manière générale c'est vraiment un site génial. Pour les retours d'expérience, via Couchsurfing, j'ai donc rencontré à Kochi, une famille indienne qui m'a hebergée un soir. Il se trouve que mon hôtesse était une des ambassadrices locales donc j'ai pu rencontrer d'autres indiens aussi, vous pouvez voir la note correspondante ICI. Tout s'est passé sans aucun problème.

J'ai réutilisé couchsurfing à Beijing, pour y rencontrer des "locaux" et j'ai rencontré Mao, une jeune chinoise absolument géniale, très dynamique dont je parlerai lorsque le moment sera venu. A Bejing, je suis aussi passée par le réseau SmallWorld qui était vraiment top et m'a permis de passer d'excellents moments avec pas mal d'autres Chinois ayant grandi à l'étranger ou pas. Idem les notes en temps voulus...

Puis c'était le Japon et la très spontanée Chiaki, une japonaise adorable avec qui j'ai eu le temps de passer quelques heures... A Tokyo j'étais déjà très entourée, que ça soit via mes propres amis, ou via SmallWorld.

Couchsurfing à Hô Chi Minh Ville / Saïgon m'a permis de croiser non pas des Vietnamiens (car déjà très entourée) poisson.jpgmais des étrangers de passage ou expatriés comme Steve (canadien), qui vadrouillait à travers l'Asie aussi. A Nha Trang, j'étais logée via ce même biais directement sur l'école de plongée Scubadive C'était un concept non seulement convivial mais pratique, étant sur place, je n'avais qu'à descendre pour aller prendre mes cours. Etant aussi avec les autres moniteurs/professeurs, ils m'ont fait découvrir les spots de Nha Trang. Richard est très accueillant et n'hésite pas à vous inviter pour guider dans vos premiers pas, et contrairement à certaines rumeurs qui courent sur lui sur le web (seulement lues en France), il ne m'a pas fait l'impression d'être le très noir tableau qu'on décrit de lui sur le web (même si le passé des gens...). Mais en Asie, tout est possible, et de frontières en frontières... Les mentalités des "locales" vietnamiennes parfois peuvent aussi en dérouter beaucoup... ça sera un autre sujet. Que penser a posteriori ? Mitigée du coup, même si je sais que la compétition entre écoles de plongée à Nha Trang est impitoyable pour salir la réputation des autres parfois.  Where's is the truth ?Les 32 personnées passées couchsurfer à l'école de Richard quoi qu'il en soit ont toute une un avis très positif... de fait... Jugeons les faits connus plutôt que les rumeurs...

Donc de très bon souvenirs sur places même si doutes possibles pour le reste. Son école toutefois a d'excellent professeurs, et m'avait été recommandée par Mélanie, une allemande vadrouilleuse de plongée rencontrée à Hoi An qui y a passé 2 mois pour passer son dive master. Donc je recommande l'école, et d'autres qui ont suivi après moi ont été très content(e)s.

Bref, cette communauté est une réelle ouverture sur les autres cultures, et très nombreux sont ceux/celles qui sont prêts à vous acceuillir, vous faire découvrir leurs villes. Globalement on rencontre beaucoup de gens tournés vers l'international, c'est très agréable. Je vais à Paris proposer aussi le change, ne serait-ce que pour continuer de découvrir ces autres nationalités. Un site incontournable si vous aimez voyager et rencontrer des gens sur place ! :)

Paris, 23/08/09.

liquidroom.jpgPartie pas trop tard de l'anniversaire d'Anne-Laure, je me réveille assez tôt, initialement pour aller faire la rando roller. Mais, pas prête, pas envie, besoin de profiter encore de ce temps libre où personne ne sait que je suis rentrée ou presque et donc je peux encore maîtresse de mon temps perdu, ce luxe... Pas d'attaque non plus à revoir pas mal de gens d'un coup qui ont suivi mon voyage sur FB et légitimement me poseront des questions dessus.Il fait un temps absolument splendide à Paris, je me pose sur le balcon de l'appartement où je loge à ce moment là, je rédige des notes, je glande. Marie passe me voir la première histoire de se voir plus au calme, suivie de Vic. Amusant de voir comme les gens rencontrés pendant mon voyage, je les retrouve à Paris... Les gens restent et c'est ça qui est blacklist.jpgbien.

Je n'ai pas encore revu tout le monde depuis que je suis rentrée, notamment ceux d'Inde ou de Beijing. Les "filles" de HCMV arrivent début 2010... Dans quelques jours, Hervé arrive de Tokyo aussi... J'aime. J'aime que ces personnes restent dans ma vie. Vic était une co-vacancière touriste de passage à Tokyo. C'est Constance qui m'a contactée la première via SmallWorld en signalant leur venue à Tokyo. Solidarité du voyage ou de la métropole, je me suis proposée alors et nous avions passés une première soirée sur une terrasse d'un restaurant italien à Omotesando, avant de passer par la soirée  "5" Tokyo par les organisateurs des Blacklist Tokyo de Roppongi Hills, puis nous rendre a une soirée au Liquid Loft de Minimal Tokyo de Ebisu pour finir, le lendemain soir à la Blacklist. De bons souvenirs... et ... maintenant Paris.

My sweet Broc passe aussi. Me voilà assez perturbée d'avoir 3 amis autour de moi, dont 2 très très proches. Je n'ai pas encore atterri et j'ai du mal à gérer "plusieurs" personnes en même temps que j'ai envie de voir de manière individuelle finalement. Après des séquences photos, papotage, direction restaurant Coréen de la rue Duvivier avec Vic. Depuis le temps que je devais y aller là-bas ! Affamées, nous y rendant tôt, on se retrouve entourées d'Asiatiques et d'une table japonaise aussi. Finalement... sans légende, je pourrais faire croire que je suis encore là-bas et ça me plaît. (la suite ... plus tard). Tous les jeudis à présent.. vous aurez une publication (au minimum).

 

restau.jpg
(le restaurant ci dessus se situe rue Duvivier dans le 7ème !)

 

23/09/2009

Paris, 20 Août 2009, 13h30... (suite - vol. 3)

5810_146207594415_728709415_3402887_7070704_n.jpgParis, 12/06/08.... J'écris une note sur Tokyo ce jour là avec comme titre : "Japon, un rêve de gamine... Tokyo (surtout)". Je ne pouvais imaginer l'impact qu'allait avoir le Japon dans mon voyage sur moi. Le Japon allait marquer un tournant psychologique. C'est à partir d'ici que je me suis laissée "happer" par mon voyage, le déstructurant de sa forme initiale pour le rebâtir. Le Japon représentait simplement une idée, une intuition, un pays qui m'avait toujours attirée, une culture, un état d'esprit.

Je suis arrivée le 30 Avril 2009. Ca a été un coup de foudre immédiat. Mon premier acolyte de voyage Fab O., lors de notre première balade dans les rues de Tokyo à qui je me suis exclamée "C'est mieux que New-York !" m'avait fait cette remarque : "Pour que toi tu dises ça c'est que vraiment tu aimes.." Effectivement, Tokyo j'ai aimé instantanément. Nous avons commencé par le quartier de Ginza pour aller jusqu'à Tsukiji, en remontant ensuite via les petits bateaux jusqu'à Asakusa... La journée s'étant alors achevée par un dîner dans le quartier de Roppongi, avec Thomas & Emilie...  Une soirée karaoké nous mena jusqu'à 4h00 et quelques du matin, avant d'avaler une pizza dans un bar/restaurant local puis de décider de nous rendre au marché au poisson où il faut aller très tôt.. 5h00 et quelques du matin, nous étions à destination, avalant une Soba soupe dont j'ai encore la saveur sur mes papilles avant de découvrir l'effervescence du marché aux poissons.

Aujourd'hui nous sommes le 23 septembre et je me souviens de toutes les sensations de cette première journée comme si c'était hier... Magie de ce voyage, des souvenirs à vie.

Paris, 22/08/09. Le réveil est relativement matinal comparé à mon heure de coucher (décalage horaire), puisque je dois me rendre sur les 5810_146207624415_728709415_3402891_343130_n.jpglieux de mon appartement pour faire un point avec l'acheteur. J'apprécie le magnifique temps parisien, et ses rues encore très calmes. Nous sommes samedi matin, Paris s'éveille. Paris, je t'aime toujours autant, malgré mon "infidélité" chronique vers d'autres horizons... Tout comme dans les relations de longues durées, parfois je me lasse, parfois nous traversons des moments difficiles,  parfois nous avons besoin d'air pour pouvoir faire évoluer notre duo éternel mais au final c'est toujours vers toi que je reviens. Conduire est un vrai bonheur à ces heures où nous avons encore la sensation que Paris nous appartient. Les couche-tard apprécient les mêmes choses que les lèves-tôt, le calme. Après les formalités remplies, j'oriente mon cap vers le 12ème retrouver A. G.  pour un brunch improvisé. C'est si bon de "se" retrouver après les aventures tokyoites. L'humeur bâdine et l'art de la flânerie auquel Paris se prête à merveille me font poursuivre dans mes anciens quartiers pour profiter encore une fois de ce luxe de perdre son temps attablée. Baldo devient mon "co-pilote" et le temps file près de la rue Clerc....

5810_146207659415_728709415_3402895_7496020_n.jpgParis, 14/06/08.... Mon parcours définitif est publié. Plus raisonnable que les précédents désirs. Il se décalera d'un mois et demi. Je ne suis jamais allée à Angkor, Bangkok, île de Pâques et remonter la Cordillère comme prévu. Je n'ai absolument aucun regret aujourd'hui des choix faits pendant mon voyage... C'est ainsi que devaient être les choses, et il me reste des rêves et 5810_146404359415_728709415_3404741_1283318_n.jpgdes horizons encore à parcourir pour les prochaines années. Approfondir plutôt que de traverser. Ce voyage laisse une empreinte durable sur ce que j'en ai retiré comme expériences..

Paris, 22/08/09. Ce soir là j'ai prévu d'aller surprendre les Strasbourgeoises étant dans les boucles mails, je suis au courant d'un pique nique B-day au parc de Buttes Chaumont. J'irais là-bas une fois réceptionné un des sacs de voyage égarés à Caracas de mon ami Nicaw qui était, lui , au courant de mon retour. Vers 21h, je débarque en face du Rosa bonheur.... La première réaction du premier pote que j'interpelle est "Ah, coucou !".. suivi une demi seconde après "Mais .. t'es pas sensée etre en voyage toi ??? !". La deuxième réaction est un "Ah pu... La Gorette (je ne m'attarderai pas sur l'origine de ces surnoms..), tu fais chier on était en train de te préparer une surprise.... " - autant dire que c'était loupé - et la troisième intéressée dont c'était l'anniversaire un "ahhhhhhhh " prolongé avec une phrase trop choute "tu es mon plus beau cadeau d'anniversaire". Il en manque 2 à ce rendez-vous. On monte un stratagème pour pouvoir les surprendre, les filles rattrapent leurs déceptions de ma non-surprise, sur les 2 autres. Ce soir là est très étrange. Heureuse de les retrouver, mais encore tellement ailleurs. Incapable de pouvoir dialoguer avec les "autres". Trop de monde, trop de questions auxquelles je n'ai pas envie de répondre. Plus tard... quand j'aurais compris ce qui se passe, digéré.. Répondre trop vite c'est quelque part achever mon voyage trop vite. Le temps en appesanteur, laissez le moi encore un peu... ce voyage. Laissez-le moi encore un peu...

(suite à venir).

31/08/2009

Paris, 20 Août 2009, 13h30... (suite)

montorgueil 1.jpgParis, 31/03/08... Qu'est ce qui m'a pris ce matin-là quand je me suis réveillée ? Pourquoi ce jour-là, plutôt qu'un autre ? Pourquoi alors que j'avais ce projet depuis longtemps me suis-je dit c'est aujourd'hui ou jamais ? Personne ne le saura jamais. Toujours est-il que pour autant, je me souviens parfaitement du sentiment éprouvé ce matin-là lorsque mon réveil a sonné. Les yeux grands ouverts dans mon lit, j'ai regardé le plafond. C'était le moment de l'annoncer. L'annoncer pour ne plus reporter. L'annoncer pour ne plus reculer. L'annoncer pour que ça ne devienne concret. Il était temps que je parte.

Paris, 21/08/09... Après le déjeuner, Francesca rentre travailler ce qui somme toute semble assez bastille.jpgnormal, alors qu'Audrey et moi décidons de traîner vers un autre café rue Montorgueil. Je poursuis ma lubie de "tourist in Paris" en me comportant comme telle (prendre des photos de tout). Quel plaisir ces terrasses parisiennes ! J'en ai rêvé durant tout mon voyage, flâner à ces cafés, et observere les gens qui passent en papotant de tout et rien. Les cafés de Paris, un véritable art de vivre... .

Paris, 31/03/08.... J'arrive et j'annonce que je pars. Comme c'était un projet annoncé bien des années avant, la première question que j'ai eu c'était : "pour combien de temps ?". De là me dire encore une fois combien j'ai la chance de travailler avec une équipe pareille. Immédiatement après pour être certaine que j'ai bien dit cela, je l'annonce à mes proches. Le soir je rentre chez moi, réalisant soudain ce que j'avais annoncé. Pas vraiment paniquée, mais plutôt :"Maintenant je n'ai plus le choix, je l'ai dit, je le fais". Sans trop savoir par où commencer.

Paris, 21/08/09... J'avais déjà décidé d''aller surprendre Fab, alias Shrimp ou A. G., qui était venu me rejoindre au Japon (je crois que je ne réalise toujours pas qu'il est venu me rejoindre au Japon) à son travail avec la complicité d'Audrey. à son travail. Direction son taff. On l'attend et sa première réaction à lui était "tu fais chier j'ai posé mon lundi" (j'adore ;)) ! parce que je lui avais effectivement fait croire que je rentrais lundi..). On s'embarque pour une balade voiture où on droppe Audrey près des halles. J'ai droit à une p'tite heure avec mon ami - trop bien - avant que je ne doive le laisser à ses autres rendez-vous. Je filoche chez mon futur coloc', et on dîne au même italien où nous avions diné quand je lui avais annoncé que j'allais partir pour mon TdM. La boucle était bouclée, avec une délicieuse entrecôtparis.jpge 4 fromages (raaaah le fromage c'est ce qui m'a le plus manqué pendant ce voyage ;)), tagliatelle fraîche.

Paris, 31/03/08...  Je me sens libérée d'avoir enfin donné une date pour mon voyage.

Paris, 21/08/09... après avoir diné avec mon futur coloc, je roule. Paris est si agréable par ce temps et la nuit reste le meilleur moment pour apprécier la ville. Pas fatiguée (un peu décalée et le bonheur de vadrouiller de manière nocturne dans la ville), j'appelle Tibodim. Réaction immédiate. Il réalise de suite que je suis rentrée, content. A une fête, il est sur le point d'aller à une autre fête... (ça me rappelle mes soirées parisiennes, les multi soirées). Je le retrouve dans le 14ème près de Raspail, et l'embarque pour lui servir de taxi. (et ça me fait conduire encore dans Paris, le bonheur). Nous faisons un crochet via le 13ème arrondissement pour prendre de l'essence et nous tombons nez à nez avec une porsche qui flambe et les pompiers intervenants. Curieuse soirée.

Paris, 01/04/08.... J'ai tracé mon premier parcours théorique. 17 enseigne.jpgdestinations. Avec le recul je me dis que c'était du grand délire. L'Inde 10 jours alors que même au bout de 3 semaines je n'ai eu qu'un aperçu de l'Inde. Chine en 15 jours, alors que j'ai déjà passé 10 jours à Beijing. Vietnam 15/20 jours.... au final j'y aurais passé 1 mois et demi. Japon 15 jours... j'y suis restée 1 mois et quelques jours mon premier séjour, et 2 semaines et demi pour le deuxième séjour... Bref, amusant de relire cela a posteriori...

Paris, 21/08/09.... Je rentre après avoir déposé Tibodim à E. Marcel (j'y serai passée beaucoup de fois ce jour). Je reprends mes marques en conduisant dans Paris, mais je n'ai pas encore réalisé que je suis rentrée...

La suite demain....

....(ou après-demain... indulgence je babysitte mon neveu et ma nièce en ce moment ! )

28/08/2009

Paris, 20 Août 2009, 13h30....

IMG_2944.JPGParis. 20/08/09....13h30, je débarque avec 2h00 de retard, sans avoir prévenu presque personne, volontairement. La plupart de mes proches ne m'attendent que fin août, la version officielle étant le 02/09...

Paris, 17/03/09... je t'ai quittée comme j'ai quitté tous mes proches ce jour-là avec un sentiment mixte de tristesse et de soulagement... Ce besoin d'ailleurs que j'avais tant. Ce besoin des autres cultures, des découvertes, des surprises. Ce besoin de partir loin, pour ré-apprendre à voir, à écouter, à ressentir....

Paris, 20/08/09... Paris, je t'aime, et tu es sans aucun doute une des plus belles villes du monde. Je le savais déjà en te quittant, et malgré ces milliards de magnifiques choses que j'ai pu voir durant ces 5 mois et demi, tu restes indiscutablement une merveille et je comprends pourquoi tant d'étrangers te rêvent. Ces monuments, ces pierres, cette histoire... Je te re-découvre de manière iréelle dans le taxi qui me mène de Roissy Charles de Gaulle au XVème arrondissement. Le chauffeur marocain, fort agréable, me fait passer par la place de l'Etoile, les quais... Il est mon premier contact réel après ces mois de séparation, hormis le douanier qui a décidé de me faire ouvrir mon sac, me laisser passer avec mes 10 cartouches de clopes pour mes ami(e)s... Vidage qui m'a valu de faire tomber mon appareil photo, l'écran se brise, ça devait être son destin d'être là uniquement pour mon voyage. J'utiliserai mon autre appareil en attendant d'en racheter un nouveau. Paris en Août est agréable, le temps est splendide, le ciel aussi beau que le jour de mon départ.

Paris, 17/03/09... alors que le taxi me mène du XIVème vers l'aéroport, je ne sais pas encore que je vais vivre une des expériences les plus IMG_2697.JPGincroyables de ma vie, les souvenirs... Je me doute que ça va être sans aucun doute quelque chose de génial, mais je ne pouvais pas imaginer tout ce que ça allait m'apporter. Le voyage d'une vie.... Il débute cet après-midi là.

Paris, 20/08/09..., je dis "Au revoir" à mon taxi, et me dirige vers l'appartement de mon ex-coloc et un de mes meilleurs amis qui sont en vacances mais de mèche, pour avoir un havre de paix solitaire le temps que je reprenne mes marques. Je ne réalise pas trop ce qui se passe. Avant d'embarquer à JFK la veille, j'étais plutôt excitée et heureuse à l'idée de revoir mes proches qui m'ont tant manqué pour certain(e)s. Arrivée au dessus de Paris que j'aperçois de l'avion, les larmes montent, je réalise que c'est fini pour cette fois-ci, grand sentiment de tristesse. End of this first adventure.

Paris, 17/03/09... Je me souviens lorsque j'ai passé les douanes, l'embarquement... Ca y est je pars. Je n'y crois pas, ce jour est arrivé, je pars. Annoncé presque un an auparavant. Et j'y suis. Je ne réalise pas. Les derniers mois ont été très denses, tout s'est enchaîné incroyablement vite.... Abut Dhabi, l'expo, les déménagements, soirées après soirées... Tous ces pots de départ, tous mes ami(e)s en si peu de temps... Une vie d'excès à 2000 à l'heure. Et maintenant j'étais là, seule, laissant tout le monde derrière moi, décidant d'appuyer sur le bouton STOP de ma vie durant quelques mois. Un luxe. Le luxe de dire stop. Le luxe de dire j'arrête. Le luxe de prendre son temps.

Paris, 20/08/09.... Cette journée est sous le signe du dé-phasage. Que fais-je ici ? Suis-je bien rentrée ? Une douche, repartir, des choses à régler. Mon appartement est sur le point de se vendre, passer chez mon agent immobilier pour les papiers pour le notaire. Repasser dans mon "vrai" appartement. Etrange. Excepté le bazar laissé par mon ami qui loge chez moi depuis mon départ, tout est en place. Mon appartement est tel que je l'ai laissé et pourtant tant de choses se sont déroulées depuis. J'ai ce sentiment des retours de vacances quand j'étais gamine après les 2 mois passés ailleurs. Excitée à courir dans les escaliers vers ma chambre. Le courrier de mes ami(e)s, mon jardin, ma maison.... Revenir "chez soi". Mais où est mon "chez moi" ? Me voilà volontairement hors de chez moi dans ma propre ville, je poursuis mon voyage. J'ai décidé d'être une touriste à Paris aussi pour quelques jours au moins.

Paris, 17/03/09... Dans l'avion j'écris à Lita. Je lui écris déjà. Je vais souvent  lui écrire durant ce voyage, à chaque nouvelle ville/étape.  Lui envoyer des "morceaux" de mon voyage, des tickets, des papiers, des jeux de pistes, des cartes.... La faire "vivre" un peu avec moi de manière classique. Le courrier. Ca se perd de plus en plus, pourtant une lettre ne procure pas le même effet qu'un e-mail. Je perds le carnet à feuilles détachables qu'elle m'a offert dans ce premier avion qui fait escale en Finlande. Le premier courrier sera lu ou pas par un(e) inconnu(e) ça devait être son destin. La finlande semble depuis l'avion un joli pays. J'irais un jour. Pas cette fois, ma première étape est Delhi.

IMG_2713.JPGParis, 20/08/09... Je réalise soudain que je ne suis plus à Tokyo, alors que j'ai quitté le Japon le 06/08/09. Il y a souvent eu un délai de prise de conscience dans ce voyage qui arrivait après le départ. Les dernières semaines ont été si denses, que je n'avais pas encore complètement réalisé mon départ de Shinjuku. Nouveau coup de blues. J'ai mon futur coloc au téléphone, qui ne me croit pas d'être déjà à Paris, j'appelle Broc' pour que nous nous voyions le soir. Il me retrouve à l'appart', on se commande un Lotus Bleu (oui après des mois d'Asie j'ai encore envie de manger asiatique). Sa réaction : "t'as changé de visage.. ah oui t'as les cheveux plus longs" (;) sacré observation ;)).

Paris, 18/03/09... J'arrive à Delhi, voilà les premières impressions.

Paris, 21/08/09... Aujourd'hui, j'ai rendez-vous pour déjeuner avec Patrice D. qui fait partie des personnes qui m'ont le plus suivie tout le long de ce voyage. Il travaille près de mon bureau, nous avons nos "habitudes", Le comptoir de Mme Tomate dans le 2ème. Je prends la voiture et apprécie le beau temps, le fait que les Parisiens ne sont pas encore rentrés. Paris l'été par ce temps c'est absolument génial. Arrivée vers 13h, je surveille de temps en temps que les gens avec qui je travaille ne débarquent pas pour pouvoir aller les surprendre aussi. Ma famille attendra le retour de ma soeur, son mari, les enfants le 26/08/09 à l'aéroport de Roissy où j'irais les chercher. Agréable d'être avec Pat, il sait de quoi je parle quand j'en parle.

Je reprends mes marques. Je me dirige après le déj' vers mon bureau. Dans le hall, je croise d'abord Francesca et encore aujourd'hui je regrette de ne pas avoir pris sa photo. Comme dans les films, arrêt sur image. "Mais... qu'est ce que tu fais là". Trop sympa. Je monte, Vince est très zen comme s'il m'avait vu la veille. Bellâm est ... sans voix. Betanum croit que je suis une cliente au début... J'appelle Audrey qui, elle aussi, tout comme Patrice D, m'a suivie régulièrement. Same but not same.... as she said. Elle nous rejoint Francesca et moi au Café Etienne, où je vais accompagner le déjeuner de Francesca d'un crêpe....

Suite demain.....

11:20 Publié dans Carnet de Bord, France | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris

26/08/2009

Darwin, Australie, 13h01.

(note publiée a posteriori - date du 8/08/09)

P1160024.JPGThe Coffee Club... nom du bar/café/restaurant où j'ai élu domicile pour la demi-journée en attendant que Nanie et Fab arrivent à Darwin... Me voilà à présent plus proche de la fin de mon voyage que du début... et je vais continuer de publier le carnet de bord, même une fois rentrée en France, ce qui permettra de prolonger un peu le voyage, et surtout parce que je n'aime pas commencer sans finir. Vous avez donc (pour votre plus grand (dé)plaisir, encore quelques mois de notes devant vous.. à suivre comme une sorte de mini-(inintéressant)-sitcom. Quelques happenings vont agrémenter ce blog pour ne pas que je sois mono-loguiste.

Me voici donc à Darwin, après avoir atterri hier matin à Sydney après un vol d'environ 9h30, où fort heureusement j'ai réussi à chopper une place de première rangée ce qui pour les jambes est quand même beaucoup plus comfortable qu'être confinée dans les micro-espaces des classes économiques. Débarquée vers 6h00 et quelques, j'ai soudain eu la joie de retrouver les longues attentes et la désorganisation "western" après l'ordre japonais. Soudain je me suis projetée à mon retour à Charles de Gaulle où ces passages de douane peuvent être aussi bien ultra rapides que très longs. Soudain après ces mois en Asie, me voilà revenue à un mode de vie "occidental", très proche des Etats-Unis ce qui ne me dépayse pas trop ayant eu la chance de pas mal parcourir le continent américain. Ce retour vers l'Ouest sonne le retour, et étrangement, bien qu'ayant parlé anglais à Tokyo - et comme c'est souvent le cas les premiers jours où je débarque dans un pays - spontanément me viennent des "Arigato Goseimas(u)", "Sumimasen", "O genki des(u)ka" et autres formulations courantes japonaise...

Bref, une fois les formalités passées, et après avoir changé de terminal (pour le vol domestique du soir), collé mon backpack au luggagesP1150802.jpg storage, j'ai filé via le train vers Sydney, sans trop savoir où j'allais. Je finis par descendre près du port, ayant envie de voir la mer. Il fait un temps magnifique, mais très frais (comparé à Tokyo), me voilà avec une veste, un pull, et mon étole indienne en cashmere. Sydney doit être une ville agréable à vivre, je ne vais y être que pour 3 jours en tout, en touriste 200%. Débarquée sur le port, je déambule calmement le long du port pour trouver un p'tit café, histoire de bruncher. Le pont de Sydney et le fameux opéra soudain sous mes yeux... Magnifique. Bien que vu maintes fois en photo, l'opéra "en jette". Je m'installe sur les marches pour pouvoir apprécier la chaleur matinale du soleil, les gens avant de repartir vers un café aperçu sur les quais. Bonheur simple. Je me commange un huge brunch, et je me pose à apprécier le temps qui passe... Je ne me lasse jamais ce ces instants que ça soit au Café Orlin de East Village (NYC), ou à ce petit restaurant de Hoi An... Regarder les gens, ne rien faire si ce n'est regarder. Miracle, il y a une connection wifi free. J'en profite pour envoyer mon numéro de tél australien à Nanie via FB, et je choppe Hervé en skype avant qu'il ne parte au travail, ce qui me permet de lui montrer via la webcam où je me trouve. La technologie a du bon. Trop rigolo d'être en liaison avec Tokyo où j'étais encore la veille et maintenant... ici. C'est un rêve éveillé que je fais chaque jour depuis mon départ.

P1150880.jpg

Darwin me fait penser à une de cette ville du fin donc des Etats-Unis, ambiance road trip. Pas grand chose à faire, pas particulièrement belle ville, mais cette ambiance so "us". Il fait une chaleur de dingue et il n'y a grossièrement rien à faire. La ville n'est pas jolie. je suis arrivée hier soir après avoir siesté dans les jardins botaniques de Sydney une bonne partie de l'apres-midi avant de retourner à l'aéroport pour prendre mon vol intérieur de nuit. Curieuse ambiance de débarquer en pleine nuit dans cette ville où des navettes sont continuellement organisées pour mener de l'aéroport à votre hotel/auberge de jeunesse. Ne restant qu'une demi nuit, j'ai pris l'option très roots, backpackers. Pour mes 3h00 de sommeil ça suffirait amplement. Levée tôt ce matin, j'ai tenté d'explorer Darwin, mais c'est décidément une ville de passage plus qu'une ville à visiter. Me voilà donc à attendre que Nanie et Fab débarquent de leur long road trip Melbourne-Darwin... Revoir pour la première fois des gens aussi proches (nous nous connaissons depuis le collège/lycée) va certainement me faire bizarre, tout en étant si "naturel", privilège des ami(e)s de longues dates... Je ne réalise pas encore ce qui se passe.

Je ne réalise pas encore les mois laissés derrière moi. Je ne réalise pas encore que je suis en Australie et que j'ai quitté le Japon, l'Asie. L'Asie me manque déjà, bien que j'en sois à peine partie. Je regarde au-delà de l'Est vers ce qu'on appelle l'Ouest... Bientôt le retour.

31/07/2009

Vendredi 3 Avril - 18ème jour - De Hampi à Kochi en passant par Bangalore

P1070039 [800x600].JPGTo read the previous note to remember where you have ended, click HERE. (Native English speakers sorry for the grammatical and vocabulary mistakes.... Feel free to correct me with the commentaries).

I left Antoine and Linda after the breakfast, direction to the airport. I only took a small bag. It's so great not having to carry everything... But as I had already checked in, starting to cross the X control, I needed to go back checking again as I had the little laguiole offered by Lita with me. It was out of the questions that they kept it from me.

Trying to find a little something to Monolita who would welcome me for this evening, I finally took some After Eight Chocolates (sort of luxury in India, the chocolates) at the airport. I met her through Couchsurfing, as I wanted to meet some locals. She is an architect, and her husband as well. The have a little cute girl. Very dynamic woman, very active in several organization, she is one of the local ambassadors for Couchsurfing in Kochi. The evening I arrived, she organized by chance a couchsurfer's dinner, which was a great occasion to meet a lot of Indians.

She sent me all the indications to come from the airport. I arrived around lunch time. My first impression was : whatta fuckin' heat !!! ;) . SoP1070042 [800x600].JPG hot, too hot. My first desire was to escape immediately from Kochi to go up to the mountains. I was supposed to stay two nights in Kochi then go up to Munnar. I decided as I arrived to go directly the next morning  in Munnar as it was really unbearable down here.

Monolita - as Anouck and Karan did when I arrived in Delhi - talked directly to the taxi driver. I arrived approximately 40 minutes later at a cross section, where Monolita's husband came to pick me up with his acclimatized car !!! (of course the Taxi dit not have acclimatization).

Before he arrived, I - don't know why - decided to give a quick call to Betanum (don't laugh about his pseudo !). So great to hear from Home DP... Far away from Home, I realize how lucky I am to work with those people. Home DP is more than a company, it is a sort of little family which has structured me a lot those last years. Amazing hearing Betanum talking from work... Good though. He his probably one of the person I have spent most of my time those last (almost) 5 years, so that was good !

We drove up to their offices first to take Monolita then went to their House. For the night I will share my room with Pia who was a Couchsurfing's friend of Monolita and who was in Kochi. She is originally from Mumbaï. After a quick lunch, Monolita told me to come back to their office (10  minutes walkin from the house) around 3 pm in order to go to Fort Kochi where  she had a work meeting. Meanwhile, I would meet Pia.

I was able to have a quick nap, and changed my clothes to wear more suitable ones !  Walking 10 minutes to their offices make me feel as IP1070050 [800x600].JPGhad walked for perhaps 30 minutes as it was so warm. They dropped me down close to meeting point and I took a rickshaw to join Pia. It was an old man who was driving. I was quite surprised that he purposed directly a very reasonable price and not a foreigner's price. Honest or lazy to have a negociation. Don't know..  I love the liberty's sensation on rickshaw... Hope to find some motorized cyclo as well in Saïgon, but not sure that there are still have some according to what I have been told. (Note from 30rd July 09 : no cyclos anymore in Saigon but only motorbikes taxi)

Pia is a cool young woman who is representative of the new women's generations in India. Originally she have studied law, but then decided to create her own firm. A travel agency for women who wants to travel alone ! Which is quite revolutionary in India. She was there with her client, Myra, who is a great woman too. She works for a personnal fund, not married (quite rare in India when you are around 31), and this was a last day of those marvelous vacations she has decided to offer herself through Priya's services.

We were on the terrace appreciating the sunset, talking about Indian cultures, and the economic crisis. I told Myra hat I didn't feel that India was messed up that much by the crisis. She told me that there were some industries touched : jewelries, leather and of course all the international companies. Then it was time to go to the appointment in Ernakulam.

P1070106 [800x600].JPG

Pia and Myra asked a rickshaw, and he gaves her the good price. Then just to show me something, they asked him why he didn't apply the same prices for tourists and herself. He answers because foreigners have money, and quite vehement saying that if they don't want to pay, they can go back in their countries. Pria and Myra were quite sad of this mentality, and wanted that to change, trying to explain to the rickshaw that elsewhere in the world there was only one price and that tourism for India was important for the economy.. Whatever. I asked her why they spoke in English to him. They explained thad they didn't speak the same language ! Hindi is official, but mostly spoken in the north. In the south you have many dialects, so how amazing it can be, but Indian are speaking in English in between them, what can be quite strange sometimes as Indians are not all speaking good English !!!

 

P1070123 [800x600].JPG

We needed to take either ferry or bus to go to Ernakulam. I preferred the Ferry, we had time and it was less expensive. We wait a little bit before boarding, giving opportunities to the mosquitoes to have a great dinner ...  ;) . Landing to Ernakulam, that was really funny because we had to walf for approximately 10 minutes on the "Sound" Street (I don't exactly remember the name though), where there were mostly only men sitting together, few couples, and a sort of ambiant music all along (but oldies music quite unbearable in fact ;)). Arrived in the restaurant, Monolita was not yet arrived. As we sat, some others Indian Couchsurfers joined us. At the end we were around 10 people. This is where I met Priya who is a great so open minded and interested woman, you can read her blog there :) or there (for the recipees) ! They are now following the Tour de France with her husband who is so fun :)

 

P1070134 [800x600].JPG

I discovered during this dinner the fabulous Dosa, South India Specialties.. and I still have the taste with me... :) The dinner ended we all came back home to a good sleep.. The day after I would woke up early to take the bus for Munnar....

 

P1070136 [800x600].JPG

25/06/2009

Saigon's update in english...

25 Juin 2009 - 14h27 // 9h27 à Paris.

Some of my friends asked me to write in english, in fact it depends of the mood... Sometimes I feel like writing in english sometimes not. Sorry for all my foreigners friends... Christiane, I decided to write this one in english, as we just discussed about it few days ago. (Sorry for the grammatical and vocabulary's mistakes)

I haven't forgotten to update my travel from India to Tokyo but... the exercice of a daily diary in this type of travel is - even for me - a quite difficult exercise as... we quickly realise that the "notes" only show a little part of our trip. I felt quickly frustrated to only write a simple naration of what I was doing, even if I will finish the diary of course... What is important in those type of travel is not what we see, or all the wonderful things/monument/landscape we are discovering... but the sum of those million of details, the daily life.

I have realised that this will be almost the end of this incredible experience.

As all the other travelers like me that I have met or that I am following (have some friends on the road as well), we have the same question : how can we ome back to a normal life after that ? How is it going to be ? We can already feel a "jetlag" with the people who stayed and yourself when trying to discuss with some of them. Sometimes it can also be sources of misunderstandings, which in a way, makes you feel you have changed as well, even if remaining the same. Must be a quite identical feeling for the expatriates.

You are happy to come back, to find again all the people you miss (because you miss a lot the people even if you live very rich experiences) that can let them think you don't miss them), even your "town", and - in my case - the french way of living .. the café.. and some other details.

But... But living abroad for a while, or traveling among so many different cultures can not be without consequences. Even the people who stayed in your native country changed as well, even if..

Internet give the illusion of a proximity and it is a wonderful way to keep contact.. but it is as well a sort of "illusion". Coming back will be quite strange, I already know it... And all the travelers like me try to anticipate their returns in order not to be too ... out of life. The people you love can feel hurt you to tell them you don't feel like coming back home, but it is not against them... It is just... I really can't explain it though.

For the time being, I am now in Saigon since the 4th June. My "daily diary" will not be like the other countries as I "live" in Saigon and not visit Saigon. It is another experience. So rich as well. Every morning I am going to University taking my vietnamese lessons until 10 am. Then after, we usually take a short drink before all going in our different directions. I spent lot of time at the french Embassy as it is closed to my University and Minh is there too. This is so funny to be in a office without being part of this office. For HOME's people, I feel as if I was sort of Roberto !

After lunch I usually study there, helping from times to times the cultural service when they have questions.... and during the evening, dinners, or other activities. Week-end away of Saigon or daily life, market, shopping, restaurant... It is quite great to have a "rythm" again after few months without (almost) any. Saigon is not a city I have discovered, but living there is something else...  I start to have my "places" where I like to go, some cafés, restaurants.. I progressively don't need a map to drive around which is great... Meeting people as usual.... Saigon is amazing city, quite tiring but amazing...

So I will be on the road again very soon as I want to go to see Angkor, and try to keep on going to Bangkok. I will probably leave around the 5th July to this short trip, be in Saigon again on the 14th for the Embassy's party, then 15th departure from Saigon to go up to Dalat, Nha Trang, Hoi An. Of course that can change again, but what is sure is that I am leaving Vietnam on the 27th of July to reach Tokyo :)

Here for the little update.. there gonna be more publications within the days but in french (sorry) as it's more some "articles" more than "notes"....

23/06/2009

Le parcours définitif confirmé... avec les billets // épisode 2

10h00 coup de fil de mon agence.. il faut que j'y retourne, ça bugge au niveau des réservations. Nous allons devoir revoir les choses...

Arrivée vers 11h30 là-bas j'en ressors vers 13h et quelques...

Mais finalement la conclusion est plutôt très sympathique, d'autant plus sympathique que contrairement aux Japonais qui avaient décrété que c'était mieux de me filer tous mes billets d'avion, au moins ici ils m'ont tout repassé en format e-ticket ce qui est quand même beaucoup plus pratique ! La "surprise" ou l'illogisme du jour c'est que si je faisais un vol direct Buenos Aires pour revenir à Paris je devais payer plus cher (je dois arrondir un peu les frais mais presque rien à chaque fois) que si je repassais par New-York (initialement prévu dans mon parcours pour le finir)... Naturellement ce n'est pas pour me déplaire même si là ça sera une très très courte escale (car je veux garder du temps pour ma famille avant de reprendre le travail), le temps de saluer tous les "new-yorkais" et repartir  !

Voilà donc mon parcours définitif final confirmé avec toutes les informations !

27th July : Departure from Hanoi 23h30 // JL 752 //

28th July (5h25) : Arrival in Tokyo 6h55

10th August : Departure from Tokyo 20h05 // JL 771 //

11th August (9h35 de vol) : Arrival in Sydney 6H40 (am)

22th August : Departure from Sydney 10h30 (am) // QF 017

22th August (13h20 de vol) : Arrival in Buenos Aires 10h50 (am)

30th August : Departure from  Buenos Aires 20h00 // AA956

31th Ausgust (11h05 de vol) : Arrival in New York City 6h05 (am)

1st September : Departure from New York 17h45 // AA044

2nd September : Arrival in Paris CdG 7h25 (am)

 

voilà !!!!!!! Juste le temps de faire une bouffe avec les new-yorkais puis ... back home....

 

 

 

 

 

22/06/2009

Après avoir passé 2h30 à l'agence de voyage .... ;) mon nouveau parcours (de fin) !

Me voilà très familiaire avec les agences des compagnies aériennes, particulèrement Japan Airlines ;). Il faut avouer que  je ne leur simplifie pas la tâche... J'aurais pu tranquillement suivre mon parcours tel qu'il était dessiné initialement, mais ça se saurait si je ne faisais pas de ma vie une improvisation (rationnelle mais improvisation quand même).

Et voilà le verdict, (l'agence doit encore me confirmer toutes mes réservations dans l'après midi par téléphone).

Départ de Hanoi pour Tokyo sans problème. Arrivée le 28/07 à 6h55.

Départ de Tokyo pour Sydney idem. Arrivée le 11/08 à 6h40.

Et là c'était folkorique... car j'aurais aimé/souhaité faire un tour en Indonésie, quitte à rester dans les alentou. Après avoir essayé diverses possibilités, pas possible. De là essayer les Philippines, la Thaïlande, Casablanca (faire une surprise à ma famille ;)), Athènes (pour aller voir Gregos and cie), l'Afrique du Sud (parce que je rêve d'aller là-bas aussi et qu'initialement je l'avais envisagé dans mon parcours initial sans pouvoir le "caser")... L 'Afrique du Sud c'était presque possible, excepté niveau dates, ça coinçait. Au final je décide pour simplifier le travail de l'agence de laisser mon vol au départ de Sydney pour rentrer à Paris quitte à reprendre un vol à part interne après pour aller dans le nord de l'Australie. Aucun vol pour revenir à Paris, il faut passer par Hong-Kong. Soit j'irais re-voir Fabrice en plus Micro et Stéph seraient dans le coin.. On part sur cette option là mais..... mais au moment de checker toutes les conditions bla-bla-bla de mon billet... je suis "obligée" d'aller en Amérique latine ou du Nord pour mettre mes 3 continents conditions nécessaires pour valider mon billet tour du monde... Il y a plus difficile comme "obligation" je le reconnais..

Mais il me reste environ 10 jours impossible de suivre mon parcours initialement prévu en revanche... j'avais déjà caressé l'idée de pousser mon trajet depuis Santiago jusqu'à Buenos Aires retrouver mon ex-coloc qui y retourne s'installer à partir de juillet., avant de poursuivre l'ascension vers la Bolivie côté Argentin.... Du coup, pas de Cordillères pour cette fois-ci, mais quelques jours dans cette ville dont on m'a aussi tant parlée.  Au final je ne suis pas mécontente de poser quand même un pied en Amérique Latine, qui plus est l'Argentine.

Départ de Sydney pour Buenos Aires. Arrivée le 22/08 à 10h50.

et... le last flight :

Départ de Buenos Aires pour Paris via Madrid. Arrivée à Paris le 01/09 à 11h05 à Orly, Le temps d'atterrir à Paris, de revenir chez moi, et un TGV direct en fin d'apres midi pour Tours où je vais rester avec ma famille jusqu'au 06/09.... Rentrée des "classes" pour moi le 08/09....

Et voilà.... cet itinéraire ne changera plus car sinon je ne peux pas boucler mon voyage.... (et si je ne le boucle pas je vais avoir des problèmes avec finnair ;)).

19/06/2009

19/06/09... et au gré du vent les voyages vous transportent...

P1110137 [800x600].jpg18h24 - Heure de Saigon. Retour de mes 4 jours,  isolée du bruit et de tout à Phu Quoc. 4 jours nécessaires pour commencer à prendre du recul et digérer tout ce qui a déjà été vécu... 4 jours pour faire un point sur ce que va être la suite de mon voyage jusqu'à mon retour...  4 jours pour prendre des décisions et choix cornéliens... 4 jours où j'ai du demander conseil à quelques uns de mes proches... Et finalement les décisions tombent.

J'ai donc décidé de ne pas aller en Amérique Latine, privilégiant le fait de rester à Saïgon pour poursuivre l'approfondissement de ma culture d'origine, de la langue. Choix cornélien entre continuer à découvrir d'autres cultures (comme l'Amérique latine) et se "limiter" à l'Asie. Un tour du monde qui se limitera à l'Est, l'Ouest ça sera pour une autre fois. Parfois... Parfois il faut adapter son voyage en fonction des circonstances... Et de me souvenir d'une phrase de Sara me disant que si je me sentais bien à un endroit il ne fallait pas hésiter à y rester.. ou sinon partir.

Ce que j'ai fait globalement depuis le début de mon périple. La raison est simple, matériellement parlant, je n'aurais pas le temps de poursuivre du côté ouest, il a fallu trancher. Et de décider que je resterai fidèle à une règle que je m'étais fixée, ne pas courir, ne pas agir quantitativement mais plutôt qualitativement... De fait je reste au Vietnam jusqu'à fin juillet. Deux mois dans ce pays au lieu des 10 jours initiaux... Ainsi va la vie. Je préfère apprendre la langue de mes ancêtres (enfin commencer à la baragouiner) plutôt que de poursuivre plus loin mes découvertes. 1 mois et demi à Saigon, puis je remonterai vers Hanoi, d'où je prendrai l'avion pour retourner à Tokyo.. Tokyo à nouveau... ça avait du sens aussi.

Cloturer l'Asie avec Tokyo, cette ville qui m'a tant marquée, fêter mon anniversaire là-bas par la même occasion, retrouver ceux/celles que j'ai laissé(e)s là-bas et d'où je suis partie avec un sentiment d'inachevé. J'y resterai jusqu'à début Août, puis j'irais rejoindre Nanie en Australie... soit jusqu'à mon retour à Paris, soit toujours au gré du vent, une escapade ailleurs si le coeur m'en dit à ce moment là. Au final l'Inde, la Chine, le Japon, le Vietnam et l'Australie + une inconnue encore. 5 pays en 5 mois et demi, ça donne le temps d'approfondir... Ce qui m'intéressait plus que de sautiller de lieux en lieux. Je repartirai en voyage.. à travers les continents... Si ce voyage m'a recadrée à bien des niveaux, il ne m'a pas oté le goût d'ailleurs, voire a exacerbé cette envie...

L'Asie m'aura décidément happée... et finalement ça a du sens aussi .... :) ... Je confirme les dates dès que j'aurais démêlé toutes mes histoires de billets avec British Airways/Finnair... je sens que ça va être encore simple cette histoire (déjà au Japon j'ai du changer 3 fois !)