Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Paris, 20 Août 2009, 13h30... (suite) | Page d'accueil | Paris, 20 Août 2009, 13h30... (suite - vol. 4) »

23/09/2009

Paris, 20 Août 2009, 13h30... (suite - vol. 3)

5810_146207594415_728709415_3402887_7070704_n.jpgParis, 12/06/08.... J'écris une note sur Tokyo ce jour là avec comme titre : "Japon, un rêve de gamine... Tokyo (surtout)". Je ne pouvais imaginer l'impact qu'allait avoir le Japon dans mon voyage sur moi. Le Japon allait marquer un tournant psychologique. C'est à partir d'ici que je me suis laissée "happer" par mon voyage, le déstructurant de sa forme initiale pour le rebâtir. Le Japon représentait simplement une idée, une intuition, un pays qui m'avait toujours attirée, une culture, un état d'esprit.

Je suis arrivée le 30 Avril 2009. Ca a été un coup de foudre immédiat. Mon premier acolyte de voyage Fab O., lors de notre première balade dans les rues de Tokyo à qui je me suis exclamée "C'est mieux que New-York !" m'avait fait cette remarque : "Pour que toi tu dises ça c'est que vraiment tu aimes.." Effectivement, Tokyo j'ai aimé instantanément. Nous avons commencé par le quartier de Ginza pour aller jusqu'à Tsukiji, en remontant ensuite via les petits bateaux jusqu'à Asakusa... La journée s'étant alors achevée par un dîner dans le quartier de Roppongi, avec Thomas & Emilie...  Une soirée karaoké nous mena jusqu'à 4h00 et quelques du matin, avant d'avaler une pizza dans un bar/restaurant local puis de décider de nous rendre au marché au poisson où il faut aller très tôt.. 5h00 et quelques du matin, nous étions à destination, avalant une Soba soupe dont j'ai encore la saveur sur mes papilles avant de découvrir l'effervescence du marché aux poissons.

Aujourd'hui nous sommes le 23 septembre et je me souviens de toutes les sensations de cette première journée comme si c'était hier... Magie de ce voyage, des souvenirs à vie.

Paris, 22/08/09. Le réveil est relativement matinal comparé à mon heure de coucher (décalage horaire), puisque je dois me rendre sur les 5810_146207624415_728709415_3402891_343130_n.jpglieux de mon appartement pour faire un point avec l'acheteur. J'apprécie le magnifique temps parisien, et ses rues encore très calmes. Nous sommes samedi matin, Paris s'éveille. Paris, je t'aime toujours autant, malgré mon "infidélité" chronique vers d'autres horizons... Tout comme dans les relations de longues durées, parfois je me lasse, parfois nous traversons des moments difficiles,  parfois nous avons besoin d'air pour pouvoir faire évoluer notre duo éternel mais au final c'est toujours vers toi que je reviens. Conduire est un vrai bonheur à ces heures où nous avons encore la sensation que Paris nous appartient. Les couche-tard apprécient les mêmes choses que les lèves-tôt, le calme. Après les formalités remplies, j'oriente mon cap vers le 12ème retrouver A. G.  pour un brunch improvisé. C'est si bon de "se" retrouver après les aventures tokyoites. L'humeur bâdine et l'art de la flânerie auquel Paris se prête à merveille me font poursuivre dans mes anciens quartiers pour profiter encore une fois de ce luxe de perdre son temps attablée. Baldo devient mon "co-pilote" et le temps file près de la rue Clerc....

5810_146207659415_728709415_3402895_7496020_n.jpgParis, 14/06/08.... Mon parcours définitif est publié. Plus raisonnable que les précédents désirs. Il se décalera d'un mois et demi. Je ne suis jamais allée à Angkor, Bangkok, île de Pâques et remonter la Cordillère comme prévu. Je n'ai absolument aucun regret aujourd'hui des choix faits pendant mon voyage... C'est ainsi que devaient être les choses, et il me reste des rêves et 5810_146404359415_728709415_3404741_1283318_n.jpgdes horizons encore à parcourir pour les prochaines années. Approfondir plutôt que de traverser. Ce voyage laisse une empreinte durable sur ce que j'en ai retiré comme expériences..

Paris, 22/08/09. Ce soir là j'ai prévu d'aller surprendre les Strasbourgeoises étant dans les boucles mails, je suis au courant d'un pique nique B-day au parc de Buttes Chaumont. J'irais là-bas une fois réceptionné un des sacs de voyage égarés à Caracas de mon ami Nicaw qui était, lui , au courant de mon retour. Vers 21h, je débarque en face du Rosa bonheur.... La première réaction du premier pote que j'interpelle est "Ah, coucou !".. suivi une demi seconde après "Mais .. t'es pas sensée etre en voyage toi ??? !". La deuxième réaction est un "Ah pu... La Gorette (je ne m'attarderai pas sur l'origine de ces surnoms..), tu fais chier on était en train de te préparer une surprise.... " - autant dire que c'était loupé - et la troisième intéressée dont c'était l'anniversaire un "ahhhhhhhh " prolongé avec une phrase trop choute "tu es mon plus beau cadeau d'anniversaire". Il en manque 2 à ce rendez-vous. On monte un stratagème pour pouvoir les surprendre, les filles rattrapent leurs déceptions de ma non-surprise, sur les 2 autres. Ce soir là est très étrange. Heureuse de les retrouver, mais encore tellement ailleurs. Incapable de pouvoir dialoguer avec les "autres". Trop de monde, trop de questions auxquelles je n'ai pas envie de répondre. Plus tard... quand j'aurais compris ce qui se passe, digéré.. Répondre trop vite c'est quelque part achever mon voyage trop vite. Le temps en appesanteur, laissez le moi encore un peu... ce voyage. Laissez-le moi encore un peu...

(suite à venir).

Commentaires

Bonjour,
C'est trop marrant...ces tours eiffel...ou peut on les trouver?
merci.

Marie.

Écrit par : marie | 17/10/2009

Répondre à ce commentaire

c'est justement au pied de la Tour Eiffel dans un des cafés/restaus qui longent le champ de mars

Écrit par : Lau | 17/11/2009

Les commentaires sont fermés.