Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Saigon's update in english... | Page d'accueil | 15.07.09 // Departure from Saïgon.... »

03/07/2009

Motion Pictures in my head....

P1100961 [Résolution de l'écran].jpgMotion Pictures in my head... Motion Pictures of India, China, Japan, Vietnam... Motion  Pictures to come from Australia, Buenos Aires, New-York again... And the days are following the others ... until the end... the end of the road.


podcast

Motion Pictures - Neil Young

Saigon. Depuis quelques jours les mots me manquent pour rajouter des notes à ce blog... Trop d'émotions, trop de tout, et surtout la prise de conscience que bientôt ce voyage va arriver à terme... Les deux derniers mois vont défiler à toute vitesse, et je me visualise soudain débarquant à Roissy, sans comprendre que c'est là que la route, cette route-ci, va s'achever. A home away from home....

Comme les sportifs avant une compétition, je commence à me préparer psychologiquement à ce ré-atterrissage parmi les miens... Well, all those headlines, they just bore me now... I'm deep inside myself, but I'll get out somehow... La notion du temps et du vécu est essentiel dans ce type de voyage. Il y a un avant et un après... Il y a une continuité dans la discontinuité... C'est illusoire de penser revenir indemne et reprendre la vie où on l'avait laissée. Il faudra être fin compositeur pour rejouer la même partition de manière plus nuancée. L'adrénaline de la découverte perpétuelle est une sensation qui est difficile de mettre de côté...

Etre expatrié c'est un état qui remplace un quotidien par un autre dans un cadre différent avec  cette sensation plus ou moins d'être toujours en vacances dès que l'on sort du travail étant dans une autre culture... En tous cas c'était l'impression que m'avait donnée ma presque année d'expatriationà Londres.

Passer de cultures en cultures en finalement peu de temps tout en s'intégrant à chaque fois au quotidien des locaux c'est encore différent Nulle comparaison de "mieux" ou "moins bien", un simple constat. J'ai eu la chance de vivre un étrange mélange de l'itinérante et de vie d'expat' vu mon choix de rester plus longtemps à des endroits plutôt que de faire une check list des "choses à faire"...  I hear some people have got their dream. I've got mine.

A Saïgon, j'ai vécu comme une expatriée tout en vivant avec des locaux... Mélange intéressant, de me calquer (de manière relative) sur le rythme de la famille vietnamienne qui m'a accueillie et où j'ai finalement pris mes marques (en décidant de rester au lieu d'occuper un studio qui était aussi à ma disposition) en ménageant néanmoins mon espace de liberté et autonomie à l'occidentale, deux critères essentiels pour moi auxquels ils se sont adaptés sans aucun problème. L'hospitalité vietnamienne me fascinera toujours. Les échanges ont été riches avec le fils, la mère, la grand-mère que ça soit sur le plan modes de vie, vision des choses ou ... culinaires ! Un réel bonheur de cuisiner pour eux et les voir apprécier. Le plaisir de faire plaisir aux gens... ça n'a pas de prix. I hear the mountains are doin' fine...

Mon quotidien était réglé comme une horloge. 7h du matin, réveil... 7h30... départ pour l'Université avec mon scoot... 8h... début des cours... 10h... fin des cours... 10h à 10h30 environ... drink avec les autres... Déjeuners le plus souvent avec Minh, Huyen & Phuong que je rejoignais au Consulat, lorsque je n'avais pas d'autres rendez-vous prévus. Après-midi au Consulat pour travailler et/ou rester au frais - comme la plupart des Saïgonnais - pendant les heures chaudes ou autres activités diverses. Départ le soir vers 17h30, sorties variées (ou pas) le soir. Retour non tardif at home (mais 23h/0h00 c'est déjà très tard ici)... Saïgon est calée sur le rythme de Bangalore lorsqu'on évolue dans un cadre "familial"... mais la vie nocturne saïgonnaise est aussi très riche de concerts, sorties en tout genre.

Le mois a défilé comme à chaque fois qu'on impose un rythme. Je vais partir de Saigon une première fois samedi pour Hoi An pour refaire une "retraite" comme à Phu Quoc en bord de mer, avant de revenir pour la fête du Consulat le 14/07. Puis le 16/07, je me rends à Hanoi  boucler mon périple avec Sappa... Et de dire encore au revoir une nouvelle fois à tous ces gens qui ont partagé une tranche de ma vie ici depuis un mois... Saïgon, encore une autre page écrite, une autre histoire, une autre vie...

Davantage teinté par un univers multi-culturels grâce à mes cours  de vietnamiens.. Dans ma classe des Japonais, Taïwannais, Nippo-suisse,s Singapourienne, Coréen(ne)s, New-Zélandais et mes propres rencontres (Espagnol, Italien, Canadien...).. au-delà de mon quotidien oscillant en permanence entre la France et le Vietnam... (le consulat, les expatriés français et ma famille d'accueil, mes copines viet, les viet kieu et ma famille éloignée aussi... ).

Lorsqu'on se nourrit d'international, ça devient une sorte de "drogue"... Un besoin jamais rassasié de la découverte de l'autre. Les autres cultures deviennent un "terrain de jeu" d'une richesse inépuisable pour tout humaniste, hédoniste de surcroît... L'Hexagone peut alors paraitre fort limité malgré tout l'attachement que j'ai pour la France et mon amour pour Paris aussi... Well, all those people, they think they got it made. But I wouldn't buy, sell, borrow or trade... Anything I have to be like one of them. I'd rather start all over again.

Il me reste encore un orphelinat à voir ici... J'ai reculé l'instant de cette nouvelle rencontre le plus tard possible, désirant avoir l'esprit libre pour... et parce que le choc (positif) de ce que fut la visite de l'orphelinat d'Asha Niwas (cliquer sur le lient pour accéder à cette note) à Delhi a été tel que je ne me sentais pas prête à re-vivre cela dès mon arrivée. Il fallait auparavant me remettre du jet-lag culturel et contextuel Japon-Vietnam. Je vais quitter Saigon bluesy de laisser à nouveau des personnes qu'on apprécie, bien que contrebalancé par le bonheur de retrouver les "Tokyoites", cela va sans dire.

Revenir à Tokyo, me fait prendre conscience de tout ce qui s'est passé depuis un mois.  Mon quodien  saïgonnais m'a apporté une énorme somme d'informations, impressions, sensations, odeurs, goûts... De nombreuses rencontres à nouveau. Des discussions, remises en question, l'apprentissage des minimas basiques de deux langues... Vivre à Saïgon ça faisait sens... Et à l'aube d'effectuer les premières prises de recul, je ne peux que conseiller à quiconque s'il en a la possibilité de vivre au moins une fois dans sa vie ce genre d'expériences.. Seul(e) ou en couple, avec un(e) ami(e) ou plusieurs, sa enfants ou pas.. Rien que de partir 4 mois déjà, c'est un minium.. L'intérêt étant de traverser des cultures pour voir d'autant mieux les différences culturelles tout en appréciant les douceurs qu'offrent ce genre de voyage... And I'll stand before you, and I'll bring a smile to your eyes. Motion pictures, motion pictures...


Ps : Publication des notes du carnet de bord dans leurs totalité à mon retour de Hoi An / Dalat.... (de l'Inde en passant par la Chine, le Japon...) c'est ma manière de prendre du recul sur le voyage aussi. Patience.

 

Commentaires

Tellement vrai et très bien écris.J'ai vraiment kiffé parcourir ton blog hier soir!
Adrien.

Écrit par : Adrien P. | 04/07/2009

Répondre à ce commentaire

@ Adrien P.. ! yeah man.. thanks for the compliment.. tu auras des trucs à te mettre sous la dent à mon retour de hoi an. besos.

Écrit par : Lau | 05/07/2009

Répondre à ce commentaire

beaucoup appris

Écrit par : Nina_Tool | 21/09/2009

Répondre à ce commentaire

@ Nina : thanks

Écrit par : Lau | 23/09/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.