Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mercredi 3 Juin 2009 - 5h34 | Page d'accueil | L'immensité du monde.... (suite) »

05/06/2009

Saïgon....

Saigon // Nuit du 4 au 5 Juin 2009 //  2h45 am

Décidément je dors peu, puisqu'il est en fait 4h45 pour moi à Tokyo. J'ai passé les premières heures... Me voilà à nouveau presque bien.  Toujours un peu pénible lorsqu'il y a des changements trop brutaux... Mais grâce à  Julien C. qui m'a soutenue psychologiquement dans ma réadaptation via un dialogue en direct, c'est finalement passé.

J'avais déjà éprouvé un sentiment identique - sans trop savoir pourquoi - en arrivant à Bangalore puis Kochin, et encore à Munnar. Quelques heures où tout à coup on se sent soit vraiment seul au monde, perdu, déboussolé par tous ces soudains nouveaux repères qui viennent brutalement casser ce que vous aviez un peu construit, soit tout simplement en décalage.  Ce n'est pas la même chose de partir loin puis de revenir chez soi, que de partir d'un endroit d'une certaine culture à une autre culture qui n'est toujours pas votre culture d'origine.

De Tokyo à Saïgon, c'est déjà un gros changement culturel, mais aussi un changement contextuel.  D'un mode de vie plutôt autonome, je me retrouve par ailleurs (dans un premier temps) chez un ami de mon père très accueillant ou je suis bien logée, mais dans une structure soudainement familiale (même si je suis libre de mes mouvements bien entendu)... Pourquoi chez lui plutôt que chez mon oncle, parce que mon oncle venant d'avoir un bébé de 1 an et les médias vietnamiens ayant mis un warning sur le Japon (entre autres) concernant la grippe porcine, mon oncle préfère que je passe une semaine à Saigon loin du bébé voir si des symptômes grippaux se développeraient (entre nous j'espère que non !). Magie de la presse. Ceci dit dans l'aéroport de Tokyo, du coup, je me demandais quel était le risque réel d'être exposée à des éventuel(e)s porteur(euse)s du virus.

Arrivée à Saigon, j'ai été très perturbée et agréablement surprise par le nouvel aéroport ultra moderne de Saigon. Ca m'a fait le même effet que l'aéroport de Bangalore. Je me souvenais il y a 6 ans d'un aéroport où il faisait vraiment chaud, pas de climatisation, des heures et des heuress d'attentes pour passer les douanes, tout se faisant manuellement. Un bordel pseudo organisé. Le nouvel aéroport de Saigon (environ un an) flambant neuf, témoigne de l'avancée réelle de tous ces pays.

L'emballement de re-découvrir Saïgon a été balayé par un retour du bâton bien connu. Tout à coup on réalise qu'on vient de quitter le pays, la villle qu'on aimait .. Tout à coup surtout les choses, le mouvement vont trop vite. Le temps que mon cerveau intègre le nouvel environnement, environ deux heures de vagues à l'ame... Je m'endors néanmoins assez sereine finalement.

Saigon // Nuit du 5 au 6 Juin 2009 //  3h49

Naturellement que ça soit à Paris, Delhi, Hong-Kong, Shanghaï, Beijing ou Tokyo, je ne dors toujours pas plus la nuit... à croire que mon fuseau horaire se décale en permanence...

Me voilà donc à Saïgon, 10 degrés de plus qu'à Tokyo (environ), retour en "Inde" en quelque sorte. Mon vague à l'âme de la veille a fait place à l'action, car c'est la seule réaction qui peut permettre de poursuivre ma route. Agir au lieu de penser, et m'adapter au plus vite à ces changements radicaux.

Prendre mes "marques" consiste à rapidement prendre contact avec quelques personnes résidant sur place (via asmallworld), histoire de rencontrer un peu les résidants, tout en voyant aussi les personnes déjà connues sur place. J'ai retrouvé Minh aujourd'hui, qui m'a guidée pour que je me ré-adapte vite à cette ville que je reconnais à peine. Inscription à l'université pour mes cours de vietnamien faite (8h>10h tous les matins je vais m'amuser moi la couche-tard ;)), et cours de cuisine les après-midi (15>18h)...

Naturellement flexible en fonction de mes envies malgré tout. Minh travaillant au Consulat en tant qu'attachée culturelle, me voilà planifiée un théatre, et un spectacle de danse contemporain pour la semaine prochaine... Ainsi qu'une invitation demain soir chez une de ses collègues pour une crémaillère... Entre temps j'ai calé des déjeuners, pots avec les "nouveaux" gens.... Mon voyage est marqué par les personnes que je rencontre naturellement aussi.

Il fait vraiment chaud ici. Saïgon me fait revenir en Inde, mais après le Japon, ça a été un changement assez brutal, mais m'a fait prendre conscience aussi d'une réalité, j'aime Tokyo, et je m'y suis sentie tellement bien que j'ai ressenti une sorte de "home sick Tokyo". Mais une nouvelle page avec Saïgon de mon voyage qui prend une ampleur et m'apporte bien plus que ce que je n'aurais pu imaginer... C'est à nouveau le bordel dans les rues, pas de rickshaws ni trop de voitures, mais pleins de motocyclettes, scooters en tout genre...  Les gens qui vivent dans la rue, la propreté aléatoire, l'ultra conservatisme des genérations anciennes face aux volontés d'indépendance des "jeunes"...

En attendant, je poursuis la rédaction du carnet de bord en paralèle (la note suivante sur l'inde est presque prête).. Vous avez donc un blog à "2 vitesses", où le carnet de bord est encore en Inde et dans les Déambulations, je vous informe de ma nouvelle situation géographique et quleques brèves....Je vais bientôt remplir le premier album sur l'Inde une fois les notes achevées sur ce pays (donc bientôt)....

23:03 Publié dans Déambulations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saîgon...

Les commentaires sont fermés.