Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Beijing ..... | Page d'accueil | Dimanche 29 mars - 13ème jour - Agra - 2ème partie : le Taj Mahal »

22/04/2009

Dimanche 29 mars - 13ème jour - Agra - 1ere partie : le train

P1050701 [800x600].JPGLever aux aurores pour chopper le train de 6h du mat’. Je me lève au radar, et saute dans un taxi, où je me laisse porter à travers Delhi avant que le soleil ne soit levé. Delhi à cette heure comme la plupart des grandes métropoles est agréable. Et de me rappeler combien j’aime me balader à Paris durant ces heures où la plupart des gens dorment, et où la ville soudain respire et s’apaise de son surplus d’activité quotidienne.

Il est environ 5h00 du mat’ et j’apprécie la fraicheur, le fait que pour une fois, les rues et avenues sont presque vides, le silence de la ville… Cette félicité est de courte durée, car arrivée aux alentours de la gare et donc près de Delhi Bazar, à nouveau l’agitation, le brouhaha, les rickshaw qui s’agitent, la foule, le bruit. A cette heure-ci, cette masse bruyante c’est un peu violent. Je navigue entre les taxis et les hommes pour me frayer un chemin jusqu’à la gare de Delhi. Je comprends que les routard(e)s/voyageurs(euses) qui débarquent via la gare à Delhi en garde une fort mauvaise impression. D’autant que le guide du routard semble-t-il les oriente vers des hôtels dans la rue du Bazar qui comme première approche de Delhi est un peu violente.

La gare de Delhi, ce sont des gens qui dorment aussi agglutinés dans le hall, c’est sale, bref, un univers quelque peu hostile si l’on n’est P1050706 [800x600].JPGpas habitué à l’Inde (et quand bien même) et surtout le matin. J’arrive néanmoins sur le quai qui semble correspondre à mon train, mais je vérifie auprès d’une personne pour en être certaine. Rapidement l’arrivée de touristes qui errent ci-et-là le long du quai me confirme que je suis vraiment sur la bonne direction. Je m’aventure à tenter de comprendre toutes ces feuilles accrochées au mur qui visiblement semblent correspondre à des réservations. Il y a des noms dans tous les sens, j’essaie de voir si le mien est inscrit quand un mec m’aborde après avoir abordé un groupe de touriste près de moi.

« - You’r’goin’ to Agra ?

- Yes

- Show me your ticket… Mum it is an electronic ticket.

- Yes

- You need to have it stamped at the tourist informations..

- Mmm ?

- Wait here, I’m comin’ back”

P1050708 [800x600].JPGCette histoire de tampon me semble légèrement suspecte étant donné que mon billet, comme il a si bien observé est électronique, et qu’il est fort probable que l’agence de Ludo m’aurait précisé si je devais faire telle ou telle démarche supplémentaire. Je reste plantée néanmoins au même endroit, je le vois partir avec le groupe des 3 autres touristes. J’ai effectivement vu le bureau des touristes indiqué quand j’entrai dans la gare, mais.. Il n’a pas l’air vraiment méchant, et je ne risque pas grand-chose vu la foule et le nombre de « Western People ». Il revient quelques minutes après, en me disant que je dois monter au bureau des touristes. Il doit être pas loin de 6h05, mon train est dans dix minutes, je lui fais remarquer que je risque de le louper si je le suis.

« - Come, Come … »

Quelque peu méfiante, mais voulant quand même vérifier, je le suis. Déjà première chose étrange, il me fait monter pas du bon côté pour le bureau des touristes. Bref, un œil ci et là, je ne risque toujours rien. Je me retrouve au premier étage, avec naturellement les guichets fermés et un gonze qui a une tonne de papelards dans les mains et qui me dit que mon billet doit être tamponné.

« - Ok, so do it if so…

- It is 2000 rupees, train taxes …”

Je me marre et je réponds :

«  - How can it be 2000 rupees, it is more than the ticket and more than a plane !”

Le mec ne se démonte pas, alors que l’autre, celui qui m’a emmenée semble paniquer.

« - Ok, it can be less…”

Je n’ai pas le temps de lui répondre, l’autre type lui baragouine un truc et me dit de le suivre, sinon je vais louper mon train. Donc on P1050709 [800x600].JPGredescend et il m’emmène directement à mon bon wagon (ce qui en soi est pas mal ça m’a éviter de chercher). Monte avec moi et me dit.

« - It is there, you must pay the train taxes…”

“ – But I don’t have any money, only 300 rupees” lui rétorque-je un peu hallucinée.

“ – 300 rupees is fine…”

“ – Listen I am not going to give you 300 rupees, I have already paid my train ticket.”, suffisamment fort pour que mon entourage l’entende.

Finalement le mec prend peur, et décide de sortir du train. Fin de l’anecdote de la tentative de roublardise… Dès 6 du mat’ j’avoue que la journée s’annonce rude, et quelque peu fatigante. J’ai halluciné que jusqu’au bout il tente de m’extorquer des roupies pour une soi-disant taxe de gare. Il est même parvenu à me mettre un doute, je me dis que je verrais bien quand le contrôleur passera. Me voilà en first class, assise. Le confort à l’indienne n’a rien à voir avec nos 1ère classe française, mais pour là-bas, nous pouvons considérer que c’est un vrai luxe. Néanmoins des détails que nous pourrions appliquer dans notre SNCF. Nous avons des bouteilles d’eau fermées à dispo avec chaque siège, et ils servent peu après – comme dans les avions – des plats – que je ne me risque pas à tester ceci dit.

P1050718 [800x600].JPGJe me retrouve initialement assise près d’une femme et son gosse. Je comprends qu’elle est avec la gamine qui se situe derrière moi, et je propose d’échanger nos places. Elle accepte, reconnaissante, puis 10 minutes après le départ du train, elle me demande de shifter encore avec une place tout au fond qui visiblement doit être celle de sa sœur. Vais-je bientôt enfin me poser ? Arrivée à ma nouvelle place, ma voisine entreprend de vouloir discuter avec moi sur le pourquoi je n’ai pas accepté la pitance servie par la compagnie. Je lui rétorque que je n’ai pas faim (ce qui est vrai) et abrège la conversation. P1050723 [800x600].JPG6h00 du mat’ je ne suis pas trop d’humeur à gazouiller. Je me tourne vers les paysages qui me mènent hors de Delhi. La journée s’annonce déjà magnifique. Mon observation néanmoins cède le pas à Morphée, je m’endors rapidement, interrompue seulement par le contrôleur de mon e-ticket qui naturellement n’a rien évoqué à propos d’un éventuel tampon ;), et m’éveille 2 minutes avant l’arrivée à Agra (réveil réglé car il ne s’agissait pas du terminus).

13:34 Publié dans Carnet de Bord, Inde | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : agra

Les commentaires sont fermés.