Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Jeudi 26 Mars - 10ème jour - Delhi | Page d'accueil | But who are you ? »

18/04/2009

Vendredi 27 Mars - 11ème jour - Delhi

IMG00181-20090327-1401 [800x600].jpgRéveil vers 10h00, Baldir vient me chercher mais j’embarque Anouck pour la déposer à son cours d’hindi, celle-ci ayant crû qu’il était envisageable qu’elle conduise toute seule alors que les médecins lui ont recommandé du repos, alors que j’avais Baldir avec moi. ;). Nous sortons déposer du linge à laver en face. Anouck me précise que celui là ne fait pas sécher le linge par terre, contrairement à d’autres. Ca fait partie des détails que nous ne comprenons toujours pas : pourquoi passer un temps fou à laver son linge à la main pour finir par l’étendre dans la poussière pour qu’il sèche. J’ai pu observer ce phénomène à Hampi, Agra, et Munnar avec toujours la même interrogation concernant l’absence de logique. This is India, dirons-nous à nouveau.

Nous lâchons Anouck vers 12h, devant la retrouver une heure et quelques plus tard. Le temps de passer à l’ICC indiqué de Nehru’s P1050487 [800x600].JPGplace. Ici ce n’est pas un quartier touristique, plutôt très indien, rigolo. Baldir m’accompagne pour me retrouver dans le bazar de la Nehru’s place pour trouver la banque qui est planquée dans un petit passage. Je rentre et là je suis confrontée à une problématique similaire que je vais rencontrer à Bangalore : tout le monde travaille, la banque est visiblement ouverte, mais quand je demande pour changer mes travellers, ils me disent que ce n’est pas possible, que c’est fermé, qu’il faut attendre lundi l’accord de je ne sais quelle autre banque de Mumbaï. Lundi je me serai envolée pour Bangalore, en outre j’ai besoin de liquide pour régler billets de train, avions etc… Ils décident que la banque est à nouveau ouverte (fabuleux), checkent minutieusement mon passeport, discutent un brin sur ma signature qui n’est pas exactement la même entre mon passeport (fait en 2002) et celles des traveller’s, finissent par me donner le change… en me faisant un taux à 65 roupies pour un euros, s’octroyant une com’ de près de 700 roupies (en soi ce n’est pas « grand-chose » mais là-bas c’est du vol). Etonnée je pars, re-checke le taux via mon blackberry, et par acquis de conscience retourne dans l’agence pour demander une explication. C’est là où ils me justifient de manière douteuse la commission de la banque, alors que sur mon papier je vois que la taxe est déjà imposée. Négocier avec une banque c’est tendu, ils sont moins honnêtes que le changeur de rue qui m’a fait le taux à 68 roupies sans prendre de commissions !

P1050512 [800x600].JPGNous retournons au point de rendez-vous pour récupérer Anouck, un peu en avance nous attendons. Entre temps Baldir a convenu avec l’agence de Ludal qui s’est occupée de booker mon billet d’avion de Delhi à Bangalore, et de Bangalore à Cochin, ainsi que mon billet de train A/R pour aller à Agra, de se donner RDV à l’entrée du campus pour la transaction. Il y a des choses difficiles en Inde, et d’autres beaucoup plus simples. Ici les agents viennent à domicile vous remettre votre billet. Anouck arrive nous repartons direction le campus, et stationnons à l’entrée en attendant. Anouck en profite pour aller faire quelques courses pour manger et il se met à pleuvoir. Je prends Baldir en photo qui me demande de lui faire passer par Bluetooth avec mon blackberry. Transaction faite, vu le temps je décide de rester chez Anouck, vu que j’étais partie pour faire de la P1050506 [800x600].JPGphoto avec mon argentique. Déjeuner vers 14h de choses trop bonnes ramenées par Anouck, puis l’après midi se déroule entre préparation du voyage, sieste, internet. Initialement j’avais dit à Baldir de venir me prendre à 17h00 pour pouvoir acheter les fournitures scolaires pour les gosses, mais Ludal en avait besoin, du coup Baldir ne passe qu’à 18h00 le temps de faire ces quelques courses et de retrouver Ludal pour dîner.

Baldir ayant compris mon intention, très gentiment m’emmène au local market me disant que ça sera moins cher là bas pour acheter et m’accompagne. Pour 35 euros à peine je me retrouve avec 60 cahiers de bonnes qualités, deux boites de feutres. Baldir embarque ça dans sa voiture, il sait que demain je retourne à Asha Niwas. Je recharge ma carte sim, croise une parade locale pour un dieu, et retrouve ludal à son travail. J’arrive sans trop de peine à convaincre Ludal de venir avec moi le lendemain à l’orphelinat, ne serait-ce que pour l’expérience. Marché conclu à ma plus grande joie, pour l’heure revenons à des basses choses animales : manger.

P1050542 [800x600].JPGSans trop savoir où nous allons, nous finissons par nous retrouver devant le Lodi Garden Restaurant. Anouck reste à l’appartement pour travailler sa thèse. C’est parti pour cet endroit où nous nous retrouvons dans une expo temporaire mise en place dans le jardin du restaurant. Fort sympathique cette mise en bouche, on nous offre amuse-gueule et boissons. L’apéritif. Discussion avec le mec qui organise cela, échanges de cartes, coordonnées, j’aimerais en savoir plus sur certains peintres.

La cuisine du Lodi Garden Restaurant n’est pas à la hauteur du cadre fort agréable, même si ça reste très correct. Assortiments P1050574 [800x600].JPGd’amuse gueule libanais, crevettes revenus au sésame (très bonnes) saumon baignant dans l’huile pour ludal, rissoto beaucoup trop salé pour moi, enfin nous n’allons pas nous plaindre non plus. A la fin nous avons droit au papier feeback à remplir où nous mettons honnêtement nos exigences occidentales. Retour à l’hôtel Maurya pour une dernière tisane, puis back home retrouver Anouck.

Les commentaires sont fermés.