Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Vendredi 20 Mars - 4ème jour - Delhi | Page d'accueil | Dimanche 22 mars - 6ème jour - Delhi »

24/03/2009

Samedi 21 Mars - 5ème jour - Delhi

P1040613 [800x600].JPGAu moins la note de cette journée va être simple, car le maître-mot était : NE RIEN FAIRE. J’ai décidé de caler mon rythme sur les Indiens, ou en tous cas mon entourage. Week-end signifie repos, et j’avais vraiment besoin de me reposer, ayant finalement peu dormi depuis que je suis arrivée. No réveil, je le lève vers les 10h30, me semble-t-il. Anouck et Karan sont aussi en mode calme. J’ai oublié de signaler dans la note d’hier qu’Anouck n’a pas eu des tops nouvelles puisque pour l’heure elle est obligée de rester en Inde en espérant qu’elle puisse bouger avant son 7ème mois. Nouvel examen demain d’un autre médecin pour avoir deux avis, même si les espoirs sont minces.

Avant de poursuivre : BON ANNIVERSAIRE DO ! BON ANNIVERSAIRE JU ! BON ANNIVERSAIRE MAX (si jamais ils passent par là et même si la note est publiée en décalée).

Pour ma part je glandouille merveilleusement dans mon lit. « Glandouille » relative, puisqu’en réalité je prépare la suite du programme, bossouille un peu sur mes divers projets... Je pourrais rester à Delhi jusqu’à la fin de mon séjour en Inde voire des mois et des mois encore. J’ai des gens à découvrir encore, des choses à vivre, il faut pourtant bien y mettre un terme et continuer son voyage. Moins d’une semaine et j’ai déjà appris beaucoup de choses, ressenti quelques pistes intéressantes qui gagneraient à être approfondies. Ce voyage est un survol des cultures, même si finalement comparativement à un touriste-touriste, j’ai cette chance d’être intégrée de suite dans la vie des Indiens et le week-end va aller dans ce sens, car nous sommes invités ce soir à un BBQ chez des amis Indiens de Ludo à Noida (c’est hors de Delhi).


Il passe donc me prendre vers 20h30 avec Anoup, car il a du aller travailler aujourd’hui encore, ce, malgré le week-end. Debrieffing. Mais où allons-nous au fait ? Incapable de me dire vraiment, mais nous retrouvons Peter, qui est un de ses prestataires-ami norvégien. Au bout d’environ 30/40 minutes, nous arrivons dans une maison à l’indienne. C’’est à dire qu’on monte directement au premier étage. Les femmes d’un côté assises, les hommes en terrasse. Pas mal de pilotes d’hélicoptères, que des Indiens à part notre ami Peter, et un autre expatrié allemand (dont je ne me souviens plus du nom), pilote aussi.

On nous propose immédiatement à boire. Depuis que je suis dans ce pays, il n’y a pas une seule soirée où on ne nous propose pas à boire et direct de l’alcool fort. Les Indiens boivent beaucoup, et ont un esprit festif très associé à la boisson. Doucement avec un coca, quelques glaçons ok. Réflexe européen, mais Ludo fait de même en me disant plus tard dans la voiture qu’en fait c’est mieux de ne pas accepter de glaçons (eau), Merci Ludal de prévenir après c’est toujours utile. Enfin de toutes manières si je dois être malade, ’en ai fait mon parti. Je touche du bois pour l’instant rien.

Je me dirige très naturellement vers la terrasse où j’engage la conversation avec divers interlocuteurs avant de réaliser que je suis la seule fille sur la terrasse. Notre hôte fort sympathique à un moment donné me tend un morceau de poulet grillé au BBQ - excellent. Autre constante chez les Indiens que j’ai pu visiter, ils ont toujours peur que tu n’aies pas à manger. Et veulent absolument qu’on mange. Ce concept ne m’est pas étranger, chez les Asiatiques c’est la même chose. Les mondes orientaux de manière générale.

Soudain, sans trop comprendre pourquoi, musique à fond dans le salon et l’hôte qui veut absolument que nous allions tous danser. P1040655 [800x600] [800x600].JPGMusiques dance style années 80. Pas terrible pour avoir envie de danser. A cela s’ajoute le fait que la musique est à fond, le son désaturé. Pour mes oreilles c’est vraiment insupportable, je fuis sur la terrasse pour continuer à discuter. Là on me tend un morceau de viande. Ludo est à côté aussi. Sans réfléchir je mange aussi. C’est du bœuf ! Je n’aurais pas tilté, si Ludal n’avait pas fait remarquer qu’il était très bizarre qu’il y ait du bœuf ici, surtout inquiet pour sa santé aussi. Subtil détail, néanmoins tous les invités dégustent le bœuf sans dégoût, loin de là !

Il fait des blagues en disant que ça devait être un vieux bœuf se renseigne sur l’origine de l’achat. L’un deux – qui parle français – raconte qu’il a du aller à plus de 20 minutes chez les musulmans pour aller chercher cette viande. En soi c’est donc un luxe qu’on nous offre. Notre cuistot a un parcours particulier. Il a commencé dans l’hôtellerie et était envoyé en suisse par son hôtel pendant 1 an (où il a appris le français) puis il a fait de la comptabilité, pour finir mécanicien, contrôleur technique sur des hélicoptères. Parcours atypique s’il en est. Bref, même philosophie, si on doit être malade c’est trop tard !

L’ambiance est vraiment accueillante, les femmes veulent m’embarquer danser, et m’embarquent d’ailleurs. Je joue la politesse et danse avec elles sur je ne sais plus quel morceau. Ca va c’est un peu rythmé, un peu indien pas la dance des 80’s. L’une d’elle vraiment sympathique est aussi enrobée que rigolote, enthousiaste, j’aime beaucoup. Je finis par m’asseoir et discuter avec une première femme, plus vieille que les autres, plus discrète aussi. Elle parle peu. Ma co-danseuse elle est très énergique et ouverte. Elle était prof avant au lycée, mais aussi de danse, loue ma prestation la comparant à des mouvements bollywoodiens (euh…), et me dit que son fils (jeune de 17 ans très sympa) a pris des cours de rythme petit. Effectivement il se démerde bien le d’jeuns, un bon mouvement, je filme quelques un de ses mouvements. Ludo tente de l’imiter à un moment donné sans succès et finit par tomber (bon ok je suis mauvaise langue sa 1ere presta était très bien il m’a même bluffée mais je n’avais pas mis la caméra on)…. Si vous êtes sage et si j’ai son droit à l’image quelque peut masqué, vous aurez l’honneur de voir ça. Elle a une autre fille en primaire qui apprend le français, toute mimi.

La soirée se passe, je discute avec une autre femme, qui elle est principale dans un lycée aussi est allée une fois en France. Elle a de très beaux yeux assez clairs pour une indienne. Très douce. La soirée se passe et soudain sans trop que je comprenne pourquoi alors que deux minutes avant tout le monde dansait, d’autres plats arrivent (poulet biriani etc..) Sauf que je n’ai pas vraiment faim, mais naturellement on me tend un bol que je suis peu en mesure de refuser. Les plats ne sont pas fins mais bon, mais je trouve le riz trop pâteux (discussion avec Ludal qui ne voyait pas trop de différence ... sauf qu’en matière de riz je maîtrise un peu ;))). Je crois surtout que je n’ai pas trop faim. On me tend un autre morceau de bœuf, cette fois je le refais griller à point… Si ça se trouve ludo et moi avons la vache folle désormais !

P1040662 [800x600].JPGLes plats finis, et tout en continuant à boire (je reste au Leh jus de fruit toute la soirée) les hommes et femmes guillerets dansent tous sur des chants indiens que visiblement mon d’jeuns trouve ringard. Il me balance que ce sont des chansons de la fin des années 70, vieilles. Je le regarde souriant, lui demande de quelle année il est de 91. Forcément il me retourne la question. Là je lui dis 78, il a un gloups par rapport à ce qu’il a sorti avant. Mais je le rassure en lui disant que je sais que j’ai l’air jeune. Il acquiesce visiblement soulagé.

Pour tenter d’arrêter le massacre musical, je dis au d’jeuns Sahil Panwar qu’il y a des sites où il faut qu’il aille. Deezer, Awdio, Djlist… Malheureusement le débit est trop faible pour que je puisse tenter d’effectuer un shift musical, ceci dit Sahil est reconnaissant il pige vite le fonctionnement, il réessaiera chez lui. Je file sur la terrasse après avoir filmé cette bienheureuse foule, n’en pouvant plus de cette Sangeet (= musique en indi, mon nouveau pote m’apprend des mots). Sahil nous rejoint, Ludo est aussi dehors, après avoir encore esquissé quelques pas de danse.

Et là moment assez rigolo, je demande à apprendre pleins de mot (idem Ludo) voilà le résultat des mes investigations :

Musique = Sangeet (prononcez Sangiit)

Chanson = Gaana (allongez le « a »)

You are good = Tum Acche Ho (phrase privilégiée de Ludal) (se dit : Tum Atché Ho (H prononcé)), et comme me le faisait remarquer Pat : « mais à qui tu sors ce genre de phrase en Inde, c’est un peu comme si on parlait Maître Yoda , non ? ». Je l’ignore, mais visiblement on pouvait dire cela.

This is not good = Ye Kharab (c’rab avec “r” roulé) he

Je t’aime = Mujhe (Mudgé) apse pyar (pillard) hai

Very Good = Boho Acche (personne) // Bohot Badhiya (Objet)

Good Bye = Tata

Good Night = Subh Ratri (Chub’ratri en roulant un peu le « r »)

Good morning = Subh Prabhat (idem rouler un peu le « r » et prononcez le « h »)

Good Day = Subh Din

Mad = Paagal

You are mad = Tum Paagal ho

The party = Party ou Jashan (Jéchen)

Bugs = Chigdu (le “u” à la française)

Mosquitoes = Machar (Madcheo)

Et le meilleur pour la fin, car naturellement j’ai demandé à ce qu’on m’apprenne les slang words, le vrai langage de rue, à ne pas dire dans la rue toutefois (surtout pas)

Mother Fucker = Teri Maki Ankh (Ankh = eye, allez savoir quel genre d’insulte c’est).

 

P1040634 [800x600].JPG

 

Bref ce p’tit court de vocabulaire pratiqué a beaucoup fait rire notre auditoire, quand on alternait les mots, les prononçant, les répétant. Et surtout le fait que je parle visiblement un argot avec gentillesse...  Echanges divers encore, échange de FB, et la femme rigolote veut que je donne à distance des cours de français à sa petite – no problem – alors que son mari veut m’embarquer dans les provinces au nord de Delhi quand je lui parle de Bénarès pour aller voir le Gange autrement. Je n’aurais pas le temps cette fois, un autre jour peut être. Inch Allah, comme on dit dans d’autres pays. Nous décolons vers minuit et demi, j’ai le feu vert pour rentrer car Anouck et Karan ne sont pas encore at home, fière de mon nouveau vocabulaire, je balance à Anoup en arrivant dans la voiture un magnifique : Subh Ratri, Tum Acche Ho. Il rigole. Ludal me dépose. Tout le monde au lit !

15:01 Publié dans Carnet de Bord, Inde | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : delhi

Commentaires

TRES INSTRUCTIF ca va pas etre simple a replacer mais j ai bon espoir !merci law pour ce petit cours de vocab ! grossebise

Écrit par : dorot | 26/03/2009

Répondre à ce commentaire

Mais il parait que le Bonne nuit ne se dit pas souvent ;))) Essaie pour voir avec Matt voir comment il réagit !

Écrit par : Lau | 26/03/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.