Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Jeudi 19 mars - 3ème jour - Delhi | Page d'accueil | L'immensité du monde.... »

21/03/2009

Jeudi 19 mars - 3ème jour - Delhi (suite)

P1040206.JPGLes Indiens sont assez recueillis, je me pose sur les bancs quelques minutes, avant de ressortir dans la chaleur et le bruit de fond de Delhi.

What’s next step ? C’est vraiment amusant de se laisser conduire sans savoir où je vais m’arrêter. Me voilà au musée d’Indira Gandhi. Je connais peu l’histoire de l’Inde ou seulement dans les grandes lignes, et encore, mes souvenirs de prépa sont assez lointains, les biographies m’échappent dans leurs détails. J’ai trouvé ça assez sympa de la part de mon conducteur de me mener d’abord dans des lieux de cultes, puis face à cette femme si investie pour l’histoire de son pays. Le texte d’entrée qui sont des propos rapportés m’a marquée, un p’tit extrait :

« I am here today. I may not be here tomorrow. But the responsibility to look after national interest is on the shoulders of every Indians citizen. Nobody knows how many attempts have been made to shoot me.(…) I do not care whether I live or die. I have lived a long life and I am proud that I spent the whole of my life in the service of my people. (…) I hope that youth, women and others, will all think together.

A part ça des photographies, des extraits de journaux. Je ne lis pas tout évidemment, mais symboliquement m’emmener dans cesmusée était bien vu même si sans doute pas prévu dans ce sens. Et là coup de téléphone de my dad, trop bon ! C’était trop bien de t’entendre à Delhi , papa. Skype is great quand même c’est une belle invention :)


L’étape suivante est un p’tit tour dans New Delhi des quartiers officiels. Le Parlement, les quartiers du premier ministre et… l’Indian Gate, qui P1040235.JPGgrosso modo ressemble à notre Arc de Triomphe. Le p’tit tour touristique sans réel intérêt mais qu’il fallait quand même voir au moins une fois. The end of the trip, car mon conducteur est visiblement à court d’idées. Moi non ! Aussi direction Fabindia de Khan Market pour y acheter mon autre kurta longue orange en soie Varnali, un poil plus habillé. Coût : 1490 roupis, un autre salwar noir en coton car très pratique pour vadrouiller – 350 roupis & une étole rose en soie supplémentaire 975 roupis. Il me reste plus que le saari et j’aurais achevé mes achats habits locaux. En sortant du shop, je prends un p’tit foulard en soie jaune pour la femme de mon driver, manière de remercier (250 roupis). Crevée de cette assez grosse journée il est environ 17h30, je call ludo puisque nous étions sensés aller écouter des chants soufis à 19h30, et j’aimerais me reposer/changer/doucher avant d’y aller.

Je vais chopper les clés de sa chambre sur la base où il travaille, sauf qu’initialement je ne suis pas autorisée à aller sur la base. Ludo m’avait dit d’attendre à l’entrée, mais lorsque nous arrivons je vois mon chauffeur s’embrouiller en indi avec les gardes, moi tentant de dire que je peux rester à l’entrée. Finalement on passe, et je vois les hélicoptères militaires, je suis en zone interdite. Je ne comprends pas trop ce que je fais là, mais c’est rigolo. Ludo lui-même est étonné. Ses négos sont difficiles et longues. Nous repartons à l’hôtel Maurya. Et là j’ai oublié ce que c’était une douche à fonctionnement normal, ce n’est pas P1040251.JPGdésagréable. Je profite des agréments de la chambre, en commençant par avaler une belle pomme rouge à dispo, et le pot d’amandes… 1h00 après re-call de Ludal, je passe le prendre sur la base pour aller écouter les chants… sauf qu’au final il est retenu. Environ 35/40 minutes dans la voiture où je me suis assoupie entre temps, too late pour les chants, nous allons direct à l’inauguration du restaurant Spice du cousin de Karan, situé dans le Six Sense Garden, à deux pas de Qutab Minar où j’étais ce matin.

Nous retrouvons Anouck et Karan dans un restaurant à la déco fort sympathique, très classe et simple, moitié plein air, moitié intérieur. Du bois surtout, des bougies, une musique Lounge. La plupart des hommes ont le turban, ce sont des Sikh, ce qui parait assez logique vu que la plupart sont des cousins/familles plus ou moins éloignés de Karan. Nous testons la cuisine qui est thaï et nous sommes accueillis avec un choix de boisson à volonté et des délicieux entremets type crevettes ci-contre. P1040285.JPGUn verre de vin pour Ludal et moi, moins bon que le vin chilien de l’hôtel l’autre jour, ça ressemble à un Saumur. Pas mauvais malgré tout. L’accueil est chaleureux, c’est vraiment agréable. Nous ne sommes pas particulièrement asociaux non plus.

Je rencontre l’oncle de Karan revenu pour un mois de Californie où il habite (LA) où son entreprise de textile a subit de plein fouet la crise. Longue et intéressante discussion entre Ludal, lui et moi. Un des cousins de Karan restaure et vend des vieilles voitures. Et un cousin par alliance, si j’ai bien compris est un des mecs les plus influents du coin, il connait visiblement tout le monde. Il connaît Alka d’ailleurs que je vais voir ce dimanche. Karan le présente à Ludal, en lui disant que ça peut être intéressant pour ses affaires… Business is business even here.

Personnellement je suis beaucoup plus intéressée par le buffet qui est délicieux, riz, pad thai, poulet au piment vert, légumes sautés, etc etc. N’ayant pas déjeuné que d’une pomme, je me réjouis. Viennent ensuite les desserts, moins fan, mais Anouck jetant son dévolu dessus, je me laisse convaincre. Flan thai, un autre je sais pas trop quoi, et une sorte de gateau sec avec du chocolat dessus. Conclusion d’Anouck and I sans être chauvines du tout : les meilleurs desserts du monde sont français indiscutablement. Fins et bons.

 

P1040296.JPG

La soirée est très agréable sous les étoiles - Ma Lita tu aurais adoré ce genre de soirée (quiet, cultural mixity, good food and good wine) et j'aurais adoré que tu sois là aussi - , musique sympathique, ce malgré la coupure de courant durant une petite demi heure (qui ne perturbe absolument personne au passage). Karan a la main lourde sur les mojitos, et Ludal se laisse encanailler. Moi un seul à la fin, mes sorties parisiennes ont eu raison de moi. Je n’ai aucune envie de me débaucher ici, simplement profiter. Vers 23h30, Anouck, fatiguée, sonne le départ.. Direction l’accueil, où les voitures mettent un temps fou pour arriver pour la bonne et simple raison qu’il y a une route très étroite… à double-sens …. Logique. Il n’y a que par endroits, que nous pouvons passer à deux voitures. Back home & Bed… Demain une autre longue journée.

Les commentaires sont fermés.