Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Et une p'tite chanson, une p'tite.... | Page d'accueil | Delhi - 1h37 – 17/03/09 »

17/03/2009

Mardi 17 Mars - 1ère journée à Delhi

Ce matin je suis donc arrivée à 6h du mat’ à Delhi, après une escale à Helsinki… Très curieux de passer en quelques heures de la neige au soleil.

- Pause -

P’tite anecdocte n°1 (car me connaissant il y en aura d’autres) made in Law, arrivée dans l’avion, je me suis interrogée sur la localisation de mes lunettes de vue (n’ayant que sur moi mes lunettes de soleil de vue)… J’ai rapidement compris que je ne les avais pas sur moi… ce qui somme toute pouvait être assez problématique (malgré mes lentilles)… Envoi de sms à Lita, et en parallèle à Nicaw (que je vais nommer : chef des affaires étrangères – CAE) pour qu’il checke mon taxi (j’avais du déballer mes affaires dans le taxi ne trouvant pas mon e-ticket…) . Conclusion des courses : les lunettes ont été retrouvées (yes i know i am always a lucky person) dans le dit taxi.. J’attends donc que mon CAE me les expédie en Inde… En attendant il faut que je me débrouille avec mes lunettes de soleil de vue (autant dire que dans l’avion, le personnel me regardait bizarrement), et lentilles à utiliser sans abus, ce qui est très pratique « à la maison »… Si, si, j’écris avec mes lunettes de soleil.

- Fin de la pause -

A peine sortie de l’avion, la chaleur … Il fait déjà lourd, ça promet pour le reste de la journée. Le passage en douane a duré environ ¾ d’heures, mais l’aéroport de Delhi – au moins à cette heure – n’est pas désagréable. La notion du temps est déjà différente, je ne suis pas pressée, attendre m’importe peu. Grâce aux indications d’Anouck, je me dirige directement vers le guichet des Pré-paid taxi après avoir changé quelques euros. Moyen le plus sûr et le moins cher pour ce premier trajet. « You go straight then r’ight ! ».Pour aller à l’ITT, ça me coute à 215 roupis. (taux de conversion : 1 euro = 65 roupis environ)


Je sors et je vois ce qui est sensé ressembler à un taxi noir et jaune, une sorte de mini-van, où le chauffeur m’affirme qu’il est bien un des pré-paid. Je checke avec un gonze en uniforme, c’est bon je peux y aller. Comme conseillé par Anouck, je lui montre l’adresse en lui demandant s’il connaît. « Yes, Yes »… Leçon numéro 1 : ne jamais se fier au « yes » et faire répéter 3 fois qu’il est certain de bien connaître l’endroit.

Nous partons avec mon chauffeur dont très rapidement je sais qu’il a 22 ans, qu’il n’est pas marié (et a l’air désespéré de ne pas l’être). J’ai droit à l’image de son fond d’écran téléphonique et les divinités Shiva and cie. Et naturellement, il me demande immédiatement « and’you what’s your god ? » (je mets 1 minute à comprendre ce qu’il me baragouine). J’ai jugé bon pour éviter de me lancer dans un grand débat métaphysique de lui dire que c’était Buddha. Cette réponse ayant eu l’air de lui plaire, car il a fait un grand sourire accompagné d’un « Buddha, ve’ry good, ve’ry good ». Voilà pour le volet spirituel. La question suivante était : « are you married ? ». Bien brieffée au préalable, je lui sors un « yes, i am engaged ». Décidément 2 mensonges en moins de 5 minutes, c’est pas terrible, mais ça évite les suspicions, et m’assure surtout une tranquillité.

La route se poursuit et en soi c’est déjà une aventure. De mémoire on a failli rentrer dans plusieurs voitures, car elles croisent nos chemins (et mon chauffeur aussi) de manière totalement imprévisibles. Au bout d’une vingtaine de minute, je vois le panneau indiquant le ITT, et informe mon chauffeur qui part à l’opposé. « I know, i know ».. Soit.. Mais il s’arrête quand même ¾ fois pour demander son chemin.. Le jeu des interrogés étant visiblement de nous balader d’un endroit à un autre. Personnellement ça me fait visiter, mais je finis par appeler Anouck, qui brieffe (ou Karan ?) le chauffeur en indie. Plus simple quand même. Je finis par arriver à destination, après que le chauffeur se soit arrêté deux nouvelles fois, dont une auprès d’un des gardiens du campus qu’on dérangeait au milieu de sa sieste et a vaguement indiqué une direction avec son bras.

Gupta Store. L’immeuble d’Anouck est là où le Gupta Store se trouve (photo plus tard). Mon chauffeur demande malgré tout au gonze de passage où est le Gupta Store. Le gonze lui répondant légèrement estomaqué en lui montrant une énorme enseigne Gupta Store.. Je file dix roupis en plus, et je call Anouck. Ca fait des années que nous nous sommes vues, et là je la retrouve enceinte de 3 mois avec son mari, Karan dont je fais la connaissance. Passons sur les retrouvailles, discussions et debrieffing. Nous sommes à un moment donné virés de l’appartement par le service anti-moustique, du coup Anouck en profite pour m’emmener hors du campus, dans une sorte de café où nous ne pouvons avaler ni son ice tea, ni mon thé gingembre quelque chose… Beaucoup trop sucrés.

L’après-midi, le programme est très actif. Sieste de 12h30 à 18h presque… La chaleur et la fatigue ont eu raison de moi, malgré mes tentatives régulières d’émerger. Puis vers 19h, départ pour le Sheraton, où nous avons rendez vous avec Ludo à 20h. Ludo que je n’ai pas vu non plus depuis des mois. C’est bon de voir ses amis à l’aut’bout du monde, paradoxe aussi. Il faut aller loin pour pouvoir les voir.

L’hotel Sheraton est comme tous ces hotels de luxe, et c’est agréable aussi ce saut dans le comfort à l’extrême. J’aime aussi ces hotels pour avoir eu la chance d’y avoir été souvent. Ludo nous a reservé une table en terrasse tout en haut, restaurant « asiatique », d’un chef Singapourien qui est venu à notre table et nous a lui-même composé le menu, comme nous ne parvenions pas à nous décider. Le menu est succulent : canard laqué roulé dans des crêpes, très finement cuit, nouilles, riz fris, crevettes, poulet, plat de tofu… fondue au chocolat avec fruits (Weou j’ai pensé à toi), et le tout accompagné d’un vin rouge chilien absolument délicieux. Nous apprécions cette soirée dans les hauteurs, et au calme. Pour une première journée à Delhi, je me dis que j’ai beaucoup de chances…. L’acclimatation n’est pas trop difficile.

Nous quittons Ludo vers 23h30, rendez-vous à nouveau demain pour déjeuner après qu’Anouck et moi nous nous serons baladées le matin vers les marchés….

20:00 Publié dans Carnet de Bord | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : delhi

Commentaires

c'et tellemnet détaillé qu'on le vit avec toicette aventure
je me rejouis pour toi ma puce
je sens que tu reviendras en super forme avec des heures de sommeil correctes et prends soin de tes affaires perso STP !!
bise momo

Écrit par : solange | 18/03/2009

Répondre à ce commentaire

- Règle n° 1 : Les lunettes de soleil, c'est super pour écrire !
- Règle n° 2 : On ne rentre jamais dans des voitures en Inde, on a juste toujours l'impression que ça va arriver
- Règle n° 3 : Les chauffeurs ne connaissent jamais ta destination, mais finissent toujours par y arriver
- Règle n° 4 : Sheraton is not India my frrriend!

Bises de ton CAE

P.S.: Solange, ne lui parlez déjà pas de revenir, elle vient de partir !
Et ses lunettes sont en lieu sûr, no worries!

Écrit par : Nico | 18/03/2009

Répondre à ce commentaire

tres existant ce voyage par procu . vivement demain : les marchés j'adore ! bises

Écrit par : Dorot | 18/03/2009

Répondre à ce commentaire

@ mum : tu me fais rire
@ Nicaw : (d'où tu signes Nico toi //) // Les Lunettes de soleil sur l'ordi c'est tendance... // Effectivement je ne suis pas encore rentrée dans une voiture en revanche j'ai vu une moto rentrer dans un rickshaw ! // C'est totalement exact on finit toujours par y arriver même si on s'arrête 3 fois // Sheraton is India too !! car tu y croises tous les hommes d'affaire occidentaux et indien... donc india... the other side of india ;)

Écrit par : Lau | 18/03/2009

Répondre à ce commentaire

@ doroth : ça arrive ça arrive !!!!

Écrit par : Lau | 18/03/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.